Interrogations écrites

Qui êtes vous ?

Je suis le gars qui au sortir du cinéma vous explique pourquoi The Dark Knight est un mauvais film, en se limitant seulement aux 14 failles principales du scénario.

Je suis la fille qui reste silencieuse toute la soirée ou vous divaguez sur les égyptiens qui n’avaient pas la technologie pour construire les pyramides, jusqu’à ce que vous lui disiez: « J’ai pas raison ? »

Je suis le gars qui vous explique de façon très graphique quel est le niveau intellectuel de votre proposition de gestion des individus fichés S.

Je suis tous ceux et celles que vous accusez de casser l’ambiance quand ils vous montrent qu’on peut utiliser sa tête pour autre chose que pour poser son chapeau.

Vous êtes anonyme, vous manquez un peu de courage.

Ne confondons pas anonyme, et pseudonyme. Le pseudonyme apporte une cohérence dans les interventions tout en respectant la vie privée. Ne pas étaler sa vie privée sans raisons n’est pas une question de courage, c’est une question de bon sens.

Si on ne sait pas qui vous êtes, on ne peut pas savoir si vous êtes qualifié.

Partons du principe que dans la plupart des cas, pour les domaines spécialisés et très techniques, je ne serai pas qualifié.

D’un autre coté, dans la plupart des cas, les erreurs que je pointe ne concernent pas ledit domaine spécialisé et très technique. Les erreurs concernent ce que disent les gens à propos de ces domaines spécialisés et très techniques. Si quelqu’un dit « Selon telle étude il est prouvé que … », il n’est point besoin de diplômes pour aller vérifier et constater que c’est faux.

Les erreurs méthodologiques ou logiques sont faciles à repérer, encore faut il prendre la peine de le faire. (critère de réfutabilité)

Quel est votre intérêt ?

Lorsque l’on pointe des erreurs dans une argumentation méthodologique et/ou des données factuelles, l’intérêt premier est de parvenir à une argumentation sans erreurs méthodologique et/ou de données factuelles.

Plus largement, l’intérêt est que les choix de société se fassent sur des bases concrètes et rationnelles. Une fois débarrassé des mauvaises raisons pour avoir telle ou telle opinion, il est beaucoup plus facile de prendre les décisions importantes en connaissance de cause. Ce sont des compétences qui peuvent servir à chacun et au quotidien, que ce soit chez le médecin, au supermarché ou dans un bureau de vote.

Qui vous finance ? Vous roulez pour qui ?

Personne (N’hésitez pas à envoyez un dossier de candidature).

C’est une question qui peut être pertinente dans une argumentation idéologique. Savoir qui parle peut permettre de mettre en évidence des motivations cachées qui expliqueraient l’absence de rationalité du discours.

En l’espèce, savoir qui me paye pourrait apporter des informations contextuelles, mais cela n’invalidera jamais les erreurs relevées. Ce qu’il faut pour ça, ce sont des arguments contradictoires.

Vous cherchez à nous faire taire !

J’imagine qu’à l’école, quand on leur rendait leur copie toute rouge et raturée, ces mêmes personnes s’exclamaient: « Vous cherchez à me faire taire ! »

Avoir tort fait parti du processus d’apprentissage. C’est toujours délicieusement amusant de constater ces réactions épidermiques à une action saine et naturelle.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s