[Intox] Variole: le mythe de la vaccination éradicatrice

Biais et erreurs: Sources maltraitées, Double standard.

Le rapport de l’OMS est une source digne de confiance qui prouve que le rapport de l’OMS n’est pas digne de confiance.

L’Organisation Initiative Citoyenne décrypte le mythe de l’éradication de la variole par la vaccination.

L’OIC nous l’affirme, ce n’est pas la vaccination qui a éradiqué la variole. Ce serait un mythe. Pour preuve de ses affirmations, elle présente deux arguments:

1. L’homme qui vu a l’homme qui a vu l’argument d’autorité.

C’est l’histoire d’un mathématicien français qui cite un médecin allemand qui dit que oui c’est vrai.

Argument d’autorité au carré, donc, sans véritable source, et sans étude pour soutenir une hypothèse vieille de 30 ans.

C’est une affirmations sans fondement, que l’on pourra ignorer pour se concentrer sur le second point.

 

2. L’aveu honteux que l’OMS cache en téléchargement libre.

L’OIC nous affirme que l’OMS, dans son rapport final d’éradication de la variole et dans une candeur naïve (zeugma) avoue toute son ignominie:

« Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas. […] …il fallait absolument changer de stratégie. »

Notons la présence d’une ellipse […], qui prendra plus bas tout son sens.

Cet extrait, par glissements sémantiques successifs devient rapidement ce que l’OIC voudrait y voir:

  • Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse ont échoué.
  • Les campagnes de vaccination de masse ont échoué.
  • Les campagnes de vaccination ont échoué.
  • la vaccination a échoué.
  • Variole: le mythe de la vaccination éradicatrice

La messe est dite, sortons tous pour répandre la bonne parole anti-vaccinale.

Sauf que…

Analogie instructive: Un immeuble est en feu. Les jets d’eau qui sortent du plafond éteignent la majorité de l’incendie. Les pompiers interviennent et éteignent les dernières flammes éparses. L’OIC débarque et crie au scandale « Les jets d’eau qui sortent du plafond ont échoué, il faut les supprimer ! Et les pompiers aussi ! »

Qu’est-ce qui a échoué ? La campagne, ou la vaccination ?

« Les campagnes de vaccination de masse ont échoué », ça veut dire quoi ?

Si vous avez répondu « On a vacciné tout le monde et la maladie s’est répandue quand même », vous avez droit à un point pour la participation. Mais je dois vous retirer deux points pour être tombé dans le piège argumentaire de l’OIC.

La bonne réponse étant « On a échoué à vacciner tout le monde et les non vaccinés ont à nouveau propagé la maladie ».

En effet, il n’y a aucune ambiguïté sur ce point, puisque le rapport de l’OMS le dit très clairement dans l’ellipse qui se trouve un peu plus haut :

[…]

Mais pour plus de clarté, vous pouvez également vous reporter au document original :

8.2.4 Succès et échecs

Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas. Les campagnes de vaccination de masse connurent les plus grand succès dans les pays dotés de services de santé relativement bien développés et bien administrés, de systèmes de notification adéquats et de communications suffisamment bonnes. Des succès notables furent enregistrés en Chine, dans plusieurs pays d’Amérique du Sud, dans quelques pays d’Afrique et du Proche -Orient, dans certaines parties de l’Asie du Sud -Est telles que la Birmanie, et dans un certain nombre d’Etats méridionaux de l’Inde.

Toutefois, dans certains pays, même lorsque la couverture de vaccination atteignait 80 ou méme 90 %, les sujets sensibles non vaccinés, regroupés en certains secteurs particuliers du pays ou dans les zones de faible niveau socio- économique des villes, constituaient une population suffisamment importante pour que la transmission de la variole se perpétue. Il eût été extrémement coûteux et logistiquement difficile sinon impossible d’atteindre des niveaux beaucoup plus élevés de couverture. Pour extirper la variole de ces pays avec les moyens disponibles, il fallait absolument changer de stratégie.

screenshot-apps who int 2016-05-01 21-05-30

Un peu plus bas, l’OMS précise sa nouvelle stratégie : Vaccination de masse ET interventions spécifiques.

A partir de 1967, on mit l’accent sur la nécessité de mettre en place des systèmes de notification adéquats dans le cadre d’un programme de surveillance plus exhaustif. La stratégie n’était plus exclusivement axée sur la vaccination de masse mais privilégiait également la surveillance.

screenshot-apps who int 2016-05-01 21-06-41

Loin d’être abandonnée donc, la vaccination de masse est renforcée en coordination avec des interventions ponctuelles en cas de nouveau foyer déclaré.

Cette technique, alliée à une campagne de vaccination de masse dont l’objectif était d’atteindre 80 % de la population, permit de réaliser l’éradication dans tous les pays d’endémicité d’Afrique occidentale en l’espace de trois ans et demi.

screenshot-apps who int 2016-05-01 21-08-02

Les conclusions du rapport de l’OMS sont donc sans appel :

  1. La vaccination de masse a été indispensable à l’éradication de la variole.
  2. La vaccination a éradiqué la variole.

 

Notons également que l’attitude irrationnelle de certains groupes a eu pour effet de retarder l’éradication de la variole :

Parmi les causes qui entraînaient une résistance à la vaccination figuraient les croyances religieuses ou les superstitions, l’hostilité des groupes minoritaires vis-à-vis de vaccinateurs appartenant à d’autres groupes ethniques et les troubles civils. Il fallut beaucoup d’ingéniosité et de persévérance pour surmonter ces obstacles. Avec le temps, la plupart d’entre eux furent vaincus mais ils jouèrent un róle dans la mesure où ils entravèrent la réussite d’un certain nombre de programmes. screenshot-apps who int 2016-05-01 20-51-25

 

En définitive, la totalité des arguments sont infondés. L’OIC échoue à dénoncer un quelconque mythe de la vaccination éradicatrice.

  • L’OIC a choisi de citer 3 lignes du rapport de l’OMS qui hors contexte lui permettent jeter un doute sur la contribution de la vaccination.
  • L’OIC a choisi de nier la totalité du rapport de l’OMS, qui est un soutient sans équivoque à la vaccination, dont il attribue sans aucun doute la disparition de la variole.

C’est donc un double standard et une malhonnêteté intellectuelle indubitable.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s