Faire ses propres recherches, une ALU-cination collective

Ou on apprend qu’il existe bien des études qui indiquent une absence de lien entre l’autisme et l’aluminium des vaccins mais que « faire vos propres recherches » ne vous permettra pas de le voir.

J’ai appris alors que tous les vaccins désormais obligatoires pour les bébés contiennent de l’aluminium à l’exception du ROR. […] Ça m’a donné à réfléchir parce que j’aime mon chat, mais je préfère quand même mon bébé, alors j’ai fait mes petites recherches et ce que j’ai découvert est tout simplement hallucinant.

[INTOX] L’ALU TOTAL, une vidéo de 1 heure et 54 minutes de trop.

La vidéo est en général un assez mauvais média pour exposer un sujet complexe. Il faut la regarder passivement, on ne peut pas cliquer sur une source, pas de mots-clés, pas de recherche textuelle possible, et il y a une teinture émotionnelle qui s’accorde mal avec l’objectivité nécessaire à l’exposition des faits. C’est donc un excellent média pour un discours pseudo-scientifique qui chercherait à vous convaincre que la lune est plate, ou que le World Trade Center n’a jamais existé.

Une vidéo anti-vaccination …

( Les antivax n’aiment pas être qualifiés d’antivax. Ils pensent que c’est un sophisme, une attaque personnelle qui permettrait de couper court à la conversation. Ils ont tort. Ce sont les critères objectifs développés plus bas qui permettent de l’affirmer. Discours irrationnel, propagande malhonnête, représentation biaisée du consensus scientifique, expertise usurpée et incompréhension de la méthode scientifique. Tout y est. )

Une vidéo anti-vaccination tourne sur internet. Je ne vais pas l’analyser in extenso, …

( Les antivax aiment dire qu’on ne peut pas juger du contenu de leurs affirmations sans avoir vu/lu/entendu la totalité de leur discours. Ils ont tort. Il faudrait regarder cette vidéo en totalité pour conclure qu’elle est digne de confiance. Pour constater qu’elle ne l’est pas, il suffit de s’arrêter lorsqu’on constate qu’elle ne l’est pas. )

Une vidéo anti-vaccination tourne sur internet. Je ne vais pas l’analyser in extenso, mais simplement mettre en exergue certains exemples représentatifs qui montrent que, tant sur la forme que sur le fond, cette vidéo n’est pas digne de confiance.

Faire ses propres recherches

Une idée fausse largement répandue dans les milieux pseudo-scientifiques est qu’il serait possible, lorsque l’on est en désaccord avec le consensus scientifique, de se substituer à l’évaluation des experts pour « faire ses propres recherches ». Personne ne dit jamais: « J’ai fait mes propres recherches, ça m’a pris 18 mois, mais maintenant je peux le dire avec certitude: Les experts ont parfaitement raison ». Personne ne fait ses propres recherches en astrophysique. À chaque fois, cette démarche a systématiquement pour origine une personne qui pense connaître à l’avance la conclusion qu’elle va chercher à confirmer et qui est: Le consensus scientifique à tort et elle a raison. C’est donc une démarche parfaitement irrationnelle, pseudo-scientifique par nature, et diamétralement opposée à la méthode scientifique qui à l’inverse part des faits avant de formuler une conclusion que la personne ne connaissait pas à l’origine.

C’est une différence fondamentale. Faire ses propres recherches, c’est faire un travail de vérification, pas d’expertise. C’est une méthode qui permet de ne trouver que ce qu’on connait déjà et qui implique qu’on arrête de chercher quand on a trouvé ce qu’on cherche, puisqu’on sait par avance que c’est la bonne réponse. Ce sont deux erreurs critiques qui donnent des argumentions erronées telles que celle-ci:

Ah mais au fait, tu penses peut-être à juste titre qu’il n’y a pas de lien entre autisme et vaccination et que ça a été scientifiquement démontré. Tu te réfères probablement aux 42 études que l’American Academy of Pediatrics affiche sur son site. Alors je me permets de faire appel à ton esprit scientifique et te demande de juger de la pertinence de ces études. En effet, sur les 42 études, nous avons 27 études qui portent exclusivement sur le ROR, qui ne contient pas d’aluminium, 12 études qui portent sur le thimerosal, le conservateur au mercure, et seulement 3 qui étudient d’autres facteurs […] Et surtout, tu as remarqué, il n’y a strictement aucune étude portant sur les adjuvants d’aluminium, donc non, rien permet de conclure qu’il n’existe aucun lien entre autisme et vaccination.

C’est très exactement pour cette raison que « faire ses propres recherches » est loin d’être équivalent à une véritable expertise. Qu’est-ce que faire ses propres recherches ? On le voit bien, ici. C’est une personne qui dit « Tu as vu qu’il n’y a aucune étude sur l’aluminium parce que ceci et cela ? ». Une autre personne vérifie, regarde ceci, regarde cela, et se dit « Tiens, oui, c’est vrai ». Elle se met alors elle même à dire aux autres: « Tu as vu qu’il n’y a aucune étude sur l’aluminium parce que ceci et cela ? ». Chaque personne pense ainsi avoir « fait ses propres recherches » et perpétue une argumentation erronée, lui par un site web, elle par une vidéo, …

Parce que oui, cette argumentation est tout à fait erronée et il y a bien des études qui indiquent qu’il n’y a pas de lien entre autisme et vaccination. Tous les experts vous le diront. Et bien-sûr, parce que ce n’est pas votre métier, il est rationnel de vous en remettre aux experts. Ils savent de quoi ils parlent. Écoutez-les.

Fin.

Si vous êtes rationnel, que vous comprenez que l’expertise collective et convergente de nombreux scientifiques ayant passé 10 ans à étudier et 15 ans à travailler dans un domaine extrêmement pointu a incomparablement plus de valeur qu’une vidéo sur Youtube, vous pouvez vous arrêter de lire. La suite ne vous concerne pas. Je vais maintenant m’adresser directement et exclusivement aux personnes qui ont « fait leurs propres recherches ». Ceux qui ont bondi de leur chaise en fulminant à la lecture du précédent paragraphe. Je parle de ceux qui ont entendu l’affirmation, vérifié l’affirmation et accepté l’affirmation suivante: Il n’y a aucune étude qui écarte le lien entre l’aluminium des vaccins et l’autisme.

Vous avez tort.

La séquence en question est à la 55 eme minute de la vidéo et ne dure que deux minutes. Avant d’exiger qu’on vous explique de quelles études je pourrais bien parler parce que vous savez bien, vous, qu’une telle étude n’existe pas, prenez donc quelques secondes pour revoir la séquence et y réfléchir.

Mon propos est de vous montrer que « faire ses propres recherche » n’est pas équivalent à une véritable expertise. Il est important de comprendre que ce n’est pas parce qu’on pense parfaitement connaître un domaine, que c’est effectivement le cas. C’est pour cela qu’un diplôme spécialisé et une carrière reconnue dans le domaine sont les meilleurs garants d’une véritable expertise. Par définition, c’est avant tout une reconnaissance collective. On ne s’auto-déclare pas expert. Dire que tel scientifique est une référence mais qu’en même temps il doit faire face à l’incompréhension de ses collègues est irrationnel. Il y a contradiction dans les termes. Un expert est forcément reconnu par ses pairs. Le chercheur ostracisé par ses collègues qui marmonne « un jour, je leur ferai voir à tous » tout en finissant d’exposer ses théories sur Facebook, n’est pas un expert. C’est un méchant dans Batman.

Si là, dans le cas présent, vous pensez parfaitement connaître le domaine, si vous pensez qu’il est impossible qu’il existe des études qui indiquent qu’il n’y a probablement pas de lien entre l’autisme et l’aluminium des vaccins, mais qu’avant la fin de cet article vous vous rendez compte que vous avez tort, j’espère arriver à vous faire comprendre que « faire ses propres recherches » est une illusion: Il faut vous pointer du doigt la solution pour avoir la solution. Il faut vous faire connaître la conclusion pour avoir une conclusion. C’est un travail de vérification, pas d’expertise. Les experts, eux, ils travaillent. Ils ne sont pas sur Facebook.

Donc, vous avez fait vos propres recherches, vous avez revu la séquence, vous êtes persuadé que tout ce qui est dit ici n’est que du vent et que rien ne permet d’écarter un lien entre autisme et vaccination ? Vous exigez une réponse ? La voici: On peut conclure qu’il n’y a probablement pas de lien entre autisme et vaccination avec par exemple Taylor 2014 (Vaccines are not associated with autism: An evidence-based meta-analysis of case-control and cohort studies). Voilà.

C’est une méta-analyse extrêmement puissante, qui correspond au plus haut niveau de preuve en science, qui porte sur un nombre exceptionnellement grand de cas et qui est d’une fiabilité remarquable. C’est vraiment la première étude à lire quand on fait ses propres recherches.

Allons bon. Voilà. Maintenant vous êtes tout énervé. Vous vous dites: Tout ça pour ça ? Cette étude ne peut pas prouver qu’il n’y a pas de lien entre autisme et aluminium, puisque qu’elle ne contient que des études sur le ROR et le Thimerosal.

C’est même écrit un peu plus haut, sur l’image du milieu:

Il en va de même avec la fameuse méta-analyse de Taylor, 2014 […] qui ne contient que des études sur le ROR et le Thimerosal.

Vous pensez donc que vous avez raison, puisque vous avez fait vos propres recherches, en cherchant ou et comme on vous a dit de le faire sur la vidéo. Pourtant, et au risque de me répéter, le raisonnement développé dans cette vidéo est faux. Et même, le raisonnement développé dans cette dernière citation est faux.

Je vous laisse donc prendre également quelques minutes afin de relire …

( Oui, alors, petite parenthèse: Une autre différence est que les experts ont accès à des données que vous n’avez pas forcément. Il est utile de le garder en mémoire, lorsque vous « faites vos propres recherches », vous n’aurez peut-être accès qu’aux documents qui servent la personne qui a fait ses propres recherches avant vous et qui vous entraîne dans sa farandole. C’est pour cela que le lien suivant pointe vers un site antivax qui contrevient au droit d’auteur, et pas vers le site de l’étude qui n’est disponible qu’en accès payant. )

Je vous laisse donc prendre également quelques minutes afin de relire cette étude Taylor 2014. Vous avez l’étude, vous avez la question (qu’est-ce que cette étude permet de savoir sur un éventuel lien entre l’aluminium des vaccins et l’autisme ?) Vous l’aurez compris, je tiens vraiment à montrer les failles de « faire ses propres recherches ». La question a été considérablement réduite et ne concerne maintenant plus qu’une seule étude.

Cette étude montre qu’il n’y a probablement pas de lien. Vous voyez ou ? Allez-y, faites vos propres recherches, nous allons patienter.

Entracte

En attendant, je vais continuer avec quelques commentaires sur la forme adoptée par cette vidéo. À l’aide de quelques passages, voyons ce qui lui vaut sans le moindre doute le qualificatif d’antivax.

Dindon et demi [00:04:51]

Oui, sauf que ces arguments sont tout simplement faux. C’est parfaitement démontré aujourd’hui par des rapports officiels ainsi que par de nombreuses études produites par des scientifiques forcément indépendants de l’industrie un peu partout dans le monde. Ces gens publient leurs travaux, ils sont accessibles et on peut les trouver. Moi, en tout cas, c’est ce que j’ai fait. Et c’est là que j’ai eu la preuve scientifique qu’on nous prenait vraiment pour de gros dindons.

Une belle carte du monde avec des petits points animés qui s’ajoutent, l’un après l’autre, encore un, et un autre, un autre, aah, un autre, aaah, il y en a plein, il y en a trop, stop, arrêtez, je suis convaincu, stooop.

Mais dites donc… Il en manque un. Laissez moi vérifier … Oui. Oui, il manque un point. Et pas des moindres. « Ou est Andrew Wakefield ? » Pourquoi le père fondateur, la rock star, le King du mouvement vaccin=autisme ne fait-il pas parti de la liste ?

  • Parce que son étude a été rétractée ? D’autres études ont été rétractées et leur auteur se trouve néanmoins sur cette carte.
  • Parce qu’il a été radié de l’ordre et interdit d’exercer ? D’autres ont été radié de l’ordre et interdit d’exercer et se trouvent néanmoins sur cette carte.
  • Parce que ce que son combat n’ a pas de rapport avec l’aluminium (ROR) ? D’autres combats n’ont aucun rapport avec l’aluminium (Thimerosal) et se trouvent néanmoins sur cette carte.

Si je devais deviner, je dirais: Parce que pas crédible et célèbre, ça pose un pose un gros problème d’image. Pas crédible et pas connu, ça pose un point de plus sur la carte.

Sur les 49 noms suffisamment lisibles il y en a au moins 5 qui sont inconnus de Pubmed, la base de données de référence en matière de publications scientifiques.

D’autres sont connus, et pas en bien. Pour la période 2016-2017, Pubmed donne environ 250 études dont le titre mentionne une rétractation, pour environ 2.5 millions d’entrées au total. La rétractation d’une étude, c’est un phénomène très rare. Et bien sur ces 250 rétractations, on retrouve quand même les auteurs de 4 d’entre elles sur cette carte. 1.6 % des études rétractées sur cette période.

Je n’ai pas pris la peine de compter les études retirées (withdrawn) et qui viennent s’ajouter au total (comme celle-ci, ou celle là), je pense qu’on a compris le problème avec cette carte et, par extension, avec cette vidéo. Le « parfaitement démontré » passe par la volonté d’impressionner, de saisir par un effet de masse. Cet effet est usurpé. Cette vidéo prends ses spectateurs pour des dindons.

J’ai une vidéo de deux heures qui montre qu’on est pas des dindons.
Elle est dans la bergerie. On y va ?

Non-sens à l’état pur [00:05:18]

Pourquoi l’aluminium pose-t-il problème et pas le fer ou le zync ? Bien qu’abondant sur terre, l’aluminium à l’état naturel est associé à d’autres minéraux et n’existe pas à l’état pur et les composés qu’il forme ne sont pas toxiques pour la vie.

Cet argument est même pas faux. Utter Nonsense, diraient les anglais. En clair, c’est n’importe quoi.

Immédiatement, on note le sophisme naturaliste: « Pourquoi cela pose problème ? Parce que ça n’existe pas dans la nature. Ce n’est pas naturel. » C’est un argument irrationnel qui justifierait n’importe quoi. L’hydrogène, par exemple, serait donc extrêmement toxique avec un tel raisonnement.

Avant les années 70, on ne savait même pas que l’hydrogène pur existait sur terre. Aujourd’hui encore on se demande comment on va faire pour l’exploiter à 4000 mètres sous la mer.

Le sophisme naturaliste peut donc s’appliquer ici aussi et pour la même raison, il est clair que l’hydrogène pose un gros problème de santé publique.

Il serait donc plus prudent de cesser de respirer.

En réalité, il n’y a pas d’aluminium dans les vaccins (vous bondissez de votre siège, outragé), il y a par exemple de l’hydroxyde d’aluminium (vous vous rasseyez, dans un « hum… bon » discret). La toxicité de l’aluminium, pour être tout à fait clair, on s’en fout, s’agissant des vaccins. De même que la toxicité du mercure, on s’en foutait également s’agissant des vaccins. Le but a été déplacé, mais l’argument est classique et reste irrationnel. Le chlore est « toxique pour la vie » mais on s’en fout, s’agissant de la cuisine. Le chlorure de sodium, on en mange tous les jours. Miam.

Et on nous dit donc, qu’à l’état naturel les composés que forme l’aluminium ne sont pas toxiques pour la vie ? C’est une bonne nouvelle. Tout minéral qu’on trouve à l’état naturel finit dans la chaîne alimentaire et les habitants qui vivent à proximité des mines d’hydroxyde d’aluminium auraient sans doute été surpris d’habiter dans une zone inhabitable.

Pour résumer, il est dit que l’aluminium pose problème parce qu’on ne le retrouve pas « à l’état pur », ce qui est un sophisme qui concerne quelque chose qu’on ne retrouve même pas dans les vaccins. C’est de l’hydroxyde d’aluminium qu’il aurait fallu parler, parce que c’est lui qu’on utilise dans les vaccins et lui, on le retrouve « à l’état pur ».

« Selon moi, j’ai raison » (Moi-Même) [00:06:58]

L’étude la plus précise à ce jour concernant la pharmacocinétique de l’hydroxyde d’aluminium est […] réalisée par l’équipe du professeur Gherardi de l’hôpital Henri Mondor de Créteil. Cette étude ché s’appelorio Khan 2013 est un article absolument fondamental, l’un des articles médico-scientifiques les plus consultés ces dernières années.

« L’étude la plus précise à ce jour », « un article absolument fondamental », « les plus consultés ces dernières années ». On est très impressionné. Qui le dit ? L’auteur de l’article. Le soufflet retombe. C’est sous Léonardo Di Caprio que se trouve l’info: Toxic Story, le livre de Romain Gherardi qui nous explique a quel point l’étude de Romain Gherardi est exceptionnelle, selon Romain Gherardi.

Ainsi donc, la fondamentalitude de cet été … la fondamentalité de cette étude est avérée, parce que ce serait « l’un des articles médico-scientifiques les plus consultés ces dernières années » ? Inouï. Littéralement. Personne n’a jamais entendu parler d’un registre mondial de consultation d’articles scientifiques. Romain Gherardi non plus. Lui affirme que c’est l’un des articles les plus consultés du web.

Les plus consultés du web.
Très visible, juste après la petite anecdote conspirationniste.

Il ne dit pas ou, ni comment il a obtenu cette information nous sommes donc forcé de le croire sur parole. Mais il n’existe pas non plus de base de données mondiale de consultation des sites web, ce qui fait qu’il est probable que sa constatation est plus restreinte et concerne par exemple les seules statistiques de consultation du site web de BMC Medecine. Mais surtout, cela permet de préciser qui consulte quoi, puisqu’en réalité on ne fait que compter le nombre de clics pour lire un article en accès gratuit. Pas de paywall, ou n’importe quel autre moyen qui permette de ne comptabiliser que les chercheurs et les universitaires. Non, on compte tout le monde. S’en prévaloir, c’est très littéralement un appel à la popularité. C’est un sophisme.

Romain Gherardi évoque en réalité tout l’inverse d’un article fondamental, dans son livre. Il dit que ses pairs, les scientifiques chargés d’évaluer son travail dans les revues scientifiques les plus réputées, ont rejeté son article, qui n’est donc absolument pas fondamental pour ceux qui ont une réelle expertise sur le sujet, juste pour ceux qui ont fait « leurs propres recherches »

En réalité, « cette étude ché s’appelorio Khan 2013″ est très, très, très loin d’être « un article absolument fondamental ». Lorsque les experts reconnaissent l’importance d’un article, ils en parlent. Ils en parlent d’une manière évaluée, codifiée, et reconnue. La citation, c’est le critère de reconnaissance en science et pour cet article, c’est l’absence de citations qui est remarquable. Sur Pubmed, la base de données de référence en matière de publications scientifiques, on constate qu’il n’y a que 20 citations. C’est déjà très peu, mais en plus, sur ce très petit nombre la moitié de ces citations a pour auteur l’un des auteurs de Khan 2013. C’est de l’auto-citation. Cet article supposément fondamental n’est absolument pas pris au sérieux par les experts.

Et les sophismes s’empilent, parce que le fait de couper une citation pour tenter de faire croire que cet article est très lu au sein de la communauté scientifique, alors qu’on parle en fait d’un nombre de clics qui augmente en proportion du nombre de campagnes antivax sur facebook, est une trahison des sources. C’est un mensonge.

Obsolescence programmée [00:09:05]

Les macrophages gavés de particules d’aluminium vont continuer leur petite vie de macrophages. Ils vont pour certains quitter le muscle ou a été injecté le vaccin et vont passer pépèrlito dans les canaux lymphatiques avant de s’accumuler dans les ganglions lymphatiques. C’est là que va se créer l’immunité d’ailleurs. Ensuite, au bout de 3 semaines, les macrophages chargés de particules d’alu vont entrer dans le sang petit à petit et, vous l’avez deviné, vont terminer dans les organes distants, dont le cerveau.

Rappel des méfaits: Les macrophages avalent l’aluminium et s’égayent par le sang dans tous le corps avec leur charge prête à autismer. C’est l’hypothèse des macrophages molotov

Cette explication est la clé de voûte de cette vidéo. Sans elle tout s’écroule. Pour que l’aluminium des vaccins cause l’autisme, il faut que l’aluminium des vaccins arrive jusqu’au cerveau. C’est la raison pour laquelle vous ne verrez aucun conditionnel ici. Aucune précaution oratoire. Nul « peut-être », pas un « il semblerait ». Pour la vidéo, pour vous qui faites « vos propres recherches », c’est un fait acquis. Aucun doute, c’est comme cela que ça se passe, tel que décrit dans Khan 2013, « L’étude la plus précise à ce jour », « un article absolument fondamental », « les plus consultés ces dernières années ».

Les experts eux, sont plus circonspects.

Je ne vais pas détailler les nombreux signaux d’alerte qui font dramatiquement baisser la plausibilité de cette étude, d’autres l’ont fait. Il est suffisant de constater que bien qu’il existe des raisons factuelles et objectives pour que l’hypothèse des macrophages molotov ne soit que cela, une hypothèse peu plausible, cette vidéo si prompte à « faire ses propres recherches » ne trouve absolument rien à redire à cette étude sur la souris, pour des doses comparativement plus rapprochées et plus importantes que celles utilisées pour la vaccination. Les experts ne sont pas de cet avis.

Pendant ce temps, l’auteur de l’étude publie des livres pour que le monde sache à quel point son travail est fondamental et si les scientifiques en charge de l’évaluation des publications les plus réputées sont incapables de le voir et bien tant pis pour eux, nananère, un jour ils comprendront, tiens, quel est ce point sur le radar ? Batman ! Encore lui.

Donc si on en croit cette étude, des macrophages molotov on est censé en trouver partout. Partout dans une souris. Pour des doses plus rapprochées et plus importantes que ce qu’on utiliserait pour un humain.

Et surtout, tu as remarqué, il n’y a strictement aucune étude portant sur les macrophages molotov chez les humains aux doses compatibles avec le calendrier de vaccination, donc non, rien permet de conclure que les macrophages molotov soient une réalité.
(cette citation n’existe pas)

Voici ce qu’aurait pu dire cette vidéo si elle avait été cohérente, ce qu’elle n’est pas. Une hypothèse fait des prédictions, comme par exemple qu’il y aurait des macrophages chargés d’aluminium dans tout le corps humain, et la vérification de ces prédictions permet de lui donner du crédit. Lorsque la prédiction n’est pas vérifiée, l’hypothèse n’est pas crédible.

Est-ce qu’il y a des macrophages molotov qui se font exploser chez les humain ? Oui, dit la vidéo qui a fait « ses propres recherches ». Peut-être pas, répondent des études, par exemple on en a pas retrouvé dans le sang ou les cheveux chez les humains.

Le cours du fifrelin [00:23:34]

« Les vaccins constituent un fifrelin d’aluminium par rapport à ce que l’on absorbe avec l’alimentation. »

[…]Le rapport conclue que l’adulte ingère 0,16 mg par kilo par semaine, environ 1,37 mg par jour pour 60 kg, et le bébé 0,43 mg par kilo par semaine, soit 0,3 mg par jour pour 5 kg. Pour rappel, une injection d’Infanrix Hexa contient 0,82mg.

FIFRELIN

Que dit la personne citée ? « Les vaccins constituent un fifrelin d’aluminium par rapport à ce que l’on absorbe avec l’alimentation. »

Quel est l’argument développé ici ? Cette personne dit n’importe quoi quand elle dit « Les vaccins constituent un fifrelin d’aluminium par rapport à ce que l’on absorbe avec l’alimentation chaque jour. »

Ainsi donc, une estimation qui existe pour une semaine est prise, puis ramenée sur un seul jour sans autre raison que de faire gonfler le résultat qui est ensuite comparé à une citation dont le sens s’en trouve de fait déformé.

On peut même prolonger ce raisonnement magistral: Une vaccination dure environ 5 minutes. Le rapport conclue que l’adulte ingère 0,16 mg par kilo par semaine, environ 0,000080 mg par 5 minutes pour 60 kg, et le bébé 0,43 mg par kilo par semaine, soit 0,000018 mg par 5 minutes pour 5 kg. Pour rappel, une injection d’Infanrix Hexa contient 0,82mg. 10 000 fois plus. Super FIFRELIN !

Mal représenter la position d’une personne pour mieux faire semblant de la réfuter, on reconnaît là le sophisme de l’homme de paille.

Ces chiffres montrent en réalité qu’il faut trois jours à un nourrisson pour absorber plus d’aluminium par l’alimentation qu’il n’y en a dans n’importe quel vaccin. Dit autrement: Le nourrisson ingère l’équivalent d’un vaccin tous les 3 jours. Pour la première injection d’Infanrix Hexa, à deux mois, ce nourrisson aura déjà absorbé par l’alimentation 20 fois plus d’aluminium que ce qui se trouve dans le vaccin.

Cela porte le cours du fifrelin à 0,05, ce qui est peu, comme le signale la personne qui est caricaturée.

Fin de l’entracte.

Si on ignore les études, il n’y a aucune étude .

Ah mais au fait, tu penses peut-être à juste titre qu’il n’y a pas de lien entre autisme et vaccination et que ça a été scientifiquement démontré. Tu te réfères probablement aux 42 études que l’American Academy of Pediatrics affiche sur son site. Alors je me permets de faire appel à ton esprit scientifique et te demande de juger de la pertinence de ces études. En effet, sur les 42 études, nous avons 27 études qui portent exclusivement sur le ROR, qui ne contient pas d’aluminium, 12 études qui portent sur le thimerosal, le conservateur au mercure, et seulement 3 qui étudient d’autres facteurs […] Et surtout, tu as remarqué, il n’y a strictement aucune étude portant sur les adjuvants d’aluminium, donc non, rien permet de conclure qu’il n’existe aucun lien entre autisme et vaccination.

Alors ? Vous avez fait vos propres recherches ? Vous savez maintenant ce que cette étude, Taylor 2014, permet de savoir concernant l’aluminium des vaccins et l’autisme ? Vous avez vu qu’elle montre qu’il n’y a probablement pas de lien ?

J’ai envie de dire non. Et j’ai envie de dire c’est normal. Parce que l’étude ne le dit pas. Voilà pourquoi « faire ses propres recherches » ne sert à rien. Voilà pourquoi quand on vous demande de « faire appel à votre esprit scientifique » c’est un piège qu’on vous tend: Vous n’avez pas l’expertise nécessaire pour vous rendre compte que ce n’est pas la peine que ce soit écrit.

Je vais bien sûr vous expliquer pourquoi, et en détail. Mais auparavant je vais vous demander de patienter juste quelques secondes pour prendre conscience de l’état d’esprit dans lequel vous êtes à l’instant. Vous avez vu l’étude. Vous êtes persuadé qu’il est impossible qu’elle démontre quoi que ce soit au sujet de l’aluminium. Maintenant repensez à tous ces experts qui s’expriment à la télé, dans les journaux, pour expliquer qu’il n’y a pas de lien entre ceci et cela. Souvenez-vous de ce que vous ressentez dans ces moments là. Parce que vous, vous savez. Vous avez fait vos propres recherches. Vous avez vérifié ceci. Vous avez vérifié cela. Vous vous dites qu’il ne sait pas de quoi il parle. Vous vous dites que quelqu’un d’intelligent qui raconte des bêtises pareilles est forcément corrompu.

Vous ne vous dites pas que vous avez peut-être tort ?

Voici comment on vous manipule

Tu penses peut-être à juste titre qu’il n’y a pas de lien entre autisme et vaccination et que ça a été scientifiquement démontré. Tu te réfères probablement aux 42 études que l’American Academy of Pediatrics affiche sur son site.

Et si vous ne le pensiez pas avant ce commentaire de la vidéo, vous le pensez maintenant. Et si vous le pensez maintenant, vous avez tort. Et vous avez tort, parce que cette vidéo vient de vous manipuler.

Personne ayant une réelle expertise du sujet ne vous renverra à cette liste s’agissant d’un lien éventuel entre autisme et aluminium. C’était bien la peine de passer en revue toutes ces études pour dire qu’elles ne parlent pas d’aluminium, alors que dès les premières lignes, il est dit très clairement qu’il n’y aura rien sur l’aluminium.

Que dit en réalité l’American Academy of Pediatrics ? Elle dit: Voici une liste d’études qui ne concerne que les questions que les parents ont soulevé au cours de la dernière décennie, et elle donne la liste: Trop de vaccins, ROR, Thimerosal.

En clair, cette vidéo vous trompe. Elle vous dit « Regardez cette liste d’études qui parle de ce qui inquiète les gens et qui ne parle pas d’aluminium. Elle ne parle pas d’aluminium. C’est inquiétant, non ? »

Aluminium et autisme, une nouvelle vieille histoire.

Tu penses peut-être à juste titre qu’il n’y a pas de lien entre autisme et vaccination et que ça a été scientifiquement démontré

En regardant cette vidéo, vous penserez peut-être que ce lien éventuel entre l’autisme et l’aluminium des vaccins est très très vieux et donc qu’il est très très anormal qu’il ne soit pas étudié. Si vous pensez cela, vous avez tort. Et vous avez tort, parce que cette vidéo vient de vous manipuler.

En réalité, cette accusation est relativement récente et la publication scientifique qui évoque pour la première fois ce lien spécifique éventuel date de fin 2011.

Avant cette date, l’autisme était supposé être causé par le vaccin ROR. Pourquoi ? Parce qu’un antivax tristement célèbre un jour l’a dit et qu’il a fallu des dizaines d’années et des sommes considérables détournées de la recherche des causes réelles de l’autisme, pour montrer que ce n’est pas vrai.

Avant cette date, l’autisme était supposé être causé par le Thimérosal. Pourquoi ? Parce qu’un antivax tristement célèbre un jour l’a dit et qu’il a fallu des dizaines d’années et des sommes considérables détournées de la recherche des causes réelles de l’autisme, pour montrer que ce n’est pas vrai.

On reconnaît là le sophisme du déplacement des buts, ou pour ne pas remettre en question la conclusion préconçue que les vaccins causent l’autisme, il faut absolument faire de nouvelles allégations quand les précédentes ne tiennent plus debout. Et donc, fin 2011, nouveau déplacement des buts et première mention dans une publication scientifique d’un lien spécifique éventuel entre l’autisme et l’aluminium des vaccins, dans une étude de Shaw et Tomljenovic, tristement célèbres pour leurs études rétactées-republiées, et dont le Comité consultatif mondial de la Sécurité vaccinale (GACVS) n’a pas manqué de rapidement détailler les nombreuses et graves failles en 2012.

Puis arrive cette vidéo qui dit: Vous avez vu ? Cette liste qui date de 2013 ne parle même pas d’aluminium. Ou sont les études qui prennent des dizaines d’années et des sommes considérables pour montrer qu’il n’y a pas de lien entre autisme et aluminium, sujet sorti d’un chapeau en 2011 ? Le ROR est un alibi, … blabla, etc.

En revanche, cette vidéo ne dit pas que pour le ROR, il s’est passé 16 ans entre Wakefield 1998 et Taylor 2014. Cette vidéo ne dit pas à quel point la liste qu’elle cite est vielle et le chiffon rouge qu’elle agite est récent.

En clair, cette vidéo vous trompe.

Cerise sur le gâteau, cette vidéo critique le fait d’avoir réalisé des études sur le ROR, études spécifiquement conçues pour répondre aux inquiétudes irrationnelles du grand public, s’en sert comme preuve que les chercheurs voudraient noyer le poisson, et réclame d’autres études spécifiquement conçues pour répondre à ses propres nouvelles inquiétudes irrationnelles.

[Mise-à-jour]

On connaît maintenant la véritable identité de l’auteur de cette vidéo.

La personne qui affirme que les études sur le ROR sont un alibi pour ne pas parler du vrai problème qu’est l’aluminium essayait il y a 10 ans de faire peur à de futures mères en affirmant que le ROR cause l’autisme.

C’est la même personne.

Nous sommes donc bien dans de la manipulation pure, cynique et malhonnête.

[Fin de la mise-à-jour]

Parce que oui, il y a bien des études qui ne s’adressent pas aux scientifiques, mais qui s’adressent au grand public. Il y en a de plus en plus, ce qui pourrait être une bonne chose, dans un monde ou il y a pléthore de temps, d’argent et de scientifiques qualifiés. Nous ne vivons pas dans ce monde.

Un esprit scientifique sain dans un corps scientifique sain

Alors je me permets de faire appel à ton esprit scientifique et te demande de juger de la pertinence de ces études. En effet, sur les 42 études, nous avons 27 études qui portent exclusivement sur le ROR, qui ne contient pas d’aluminium, 12 études qui portent sur le thimerosal, le conservateur au mercure, et seulement 3 qui étudient d’autres facteurs

Voilà un beau tour de passe-passe: Vous demander de faire appel à votre esprit scientifique, pour mieux vous faire avaler une remarque complètement non scientifique que vous êtes incapable de reconnaître en raison justement de votre manque de culture scientifique. L’esprit scientifique, cela s’apprend. Qui le possède le mieux ? Le corps scientifique. Il est rationnel de s’en remettre aux experts. Un expert, par exemple, n’écarterait jamais 39 études d’un revers de la main en fonction de ce sur quoi elles portent. Ce n’est pas très scientifique de raisonner sur ce sur quoi porte une étude, plutôt que ce sur qu’elle contient.

Par exemple, disons que la rumeur enfle que manger des Big Mac rend autiste. Après tout, un hamburger ce n’est pas très naturel, Big Food engrange des milliards, et on pourrait probablement trouver une corrélation entre les cas d’autisme et la vente de Big Mac, comme celle qui existe avec la vente de vaccins, ou celle de produits bio. Pour répondre à cette inquiétude du grand public, et bien qu’il n’y a pas de raison particulière de soupçonner ce produit plutôt qu’un autre, on va faire des études et on va se rendre compte que c’est faux.

Si quelques années plus tard quelqu’un arrive et dit: « N’importe quoi, c’est les frites qui causent l’autisme », est-ce que vous allez écarter toutes les études qui portent sur le Big Mac, ou est-ce que vous jetterez quand même un œil à celles qui contiennent des données sur les menus (burger + frites) ? Et même si une étude ne parle que de Big Mac et pas de frites, vous, vous savez que les deux sont liés. Vous savez qu’un gros mangeur de burgers est souvent un gros mangeur de frites, surtout s’il existe un « menu obligatoire » que les gens suivent. Un autisme causé par les frites ne se verrait pas dans une études sur les gros mangeurs de burgers ?

Alors je me permets de faire appel à votre esprit rationnel. Quand on vous dit: « Ignorez ces études qui parlent du Big Mac parce que je vous parle des frites, moi », c’est scientifique ?

Possible et plausible, ce n’est pas la même chose.

En science, au sens strict, tout est possible. Ou plutôt, rien n’est impossible. Si je montre que les vaccins ne causent pas un seul cas d’autisme dans une population de 1 000 personnes, rien ne prouve qu’il ne cause pas d’autisme dans une population de 10 000 personnes. Si je le prouve pour 10 000 personnes, je ne saurai rien pour 100 000 personnes, etc. Quel que soit le résultat de quelque étude que ce soit, le fait est qu’un lien entre l’aluminium des vaccins et l’autisme sera toujours, au sens strict, possible. En revanche, chaque étude nous montre que c’est une hypothèse de moins en moins plausible.

C’est une distinction que le grand public maîtrise forcément moins bien que les scientifiques qui savent reconnaître que l’hypothèse « l’aluminium des vaccins cause l’autisme » est peu plausible compte tenu des études actuelles, même lorsque qu’aucune étude n’écrit textuellement « l’aluminium des vaccins ne cause pas l’autisme ». C’est la raison pour laquelle, lorsque la pression est très forte, lorsqu’il y a beaucoup de gens qui font « leur propres recherches », il faut prendre du temps, détourner de l’argent qu’on pourrait allouer à des choses bien plus plausibles, et faire une étude qui indique en toutes lettres ce que ceux qui n’ont pas d’expertise veulent à tout prix pouvoir lire.

Par exemple: Andrews 2004. Cette étude, vous la connaissez. Elle tient une place importante dans Taylor 2014. Vous avez fait « vos propres recherches », vous savez donc qu’elle porte sur le thimérosal et vous pensez qu’elle ne peut rien vous apprendre sur l’aluminium.

C’est typiquement une étude qui essaye de répondre aux inquiétudes du grand public. Une étude du style « Le Big Mac ne cause pas l’autisme », écrite spécifiquement pour expliquer aux parents ce que les experts soupçonnent depuis longtemps en raison de l’absence de plausibilité de l’affirmation. Et bien cette étude, sur le menu Big Mac, nous indique que les frites ne causent pas l’autisme non plus.

Cette étude analyse le nombre de doses de vaccin DP/DTP de 100 000 enfants au royaume uni. Pour faire simple, elle compare les cas d’autisme chez les enfants qui ont reçu 0, 1, 2 ou 3 doses et constate qu’il n’y a pas d’augmentation significative des cas d’autisme. Comme les vaccins DP/DTP au Royaume Uni à cette époque contiennent du thimérosal, on en déduit qu’il est peu plausible que le thimérosal cause l’autisme, et c’est en substance ce que dit le titre de l’étude. C’est un titre sur mesure pour rassurer les parents, alors qu’en réalité cette étude montre que ce sont les vaccins DP/DTP qui ne causent pas l’autisme. Les vaccins dans leur totalité, avec tous les ingrédients qu’ils contiennent.

Le vaccin DP/DTP au Royaume Uni à cette époque, contient également de l’aluminium et si la quantité de thimérosal augmente à chaque nouvelle dose, ce n’est pas la seule. La quantité d’aluminium augmente également. On en déduit qu’il est peu plausible que l’aluminium, ou n’importe que autre ingrédient du vaccin, ne cause l’autisme.

Si le thimérosal n’est que dans le DP/DTP alors que l’aluminium est dans d’autres vaccins, et que vous pensez que cela invalide cette conclusion, vous avez tort. Ça la renforce au contraire. La fiabilité de cette étude est grande parce que les parents respectent le calendrier vaccinal, cela veut dire que pour toute nouvelle dose de thimérosal, la quantité d’aluminium qui augmente correspond au vaccin DP/DTP plus tous les autres vaccins du calendrier à cette période. Plus d’aluminium avec la première dose, encore plus avec la seconde, encore encore plus avec la troisième. Avec ce type d’étude, d’autres vaccins contenant de l’aluminium devrait rendre l’effet plus visible encore, et pas moins. Pourtant, l’étude ne constate aucune augmentation significative des cas d’autismes en fonction du nombre de doses. On en déduit qu’il est peu plausible que l’aluminium cause l’autisme.

Pour être tout à fait clair, des études qui portent sur le nombre de doses, ou l’age de vaccination, même si elles ne portent pas spécifiquement sur l’aluminium, même si elles ne mentionnent pas une seule fois le mot aluminium, certaines même qui concernent des vaccins sans aluminium, doivent montrer une augmentation significative du nombre de cas d’autisme si l’aluminium des vaccins est responsable. Pour l’étude que je viens de détailler, ce n’est pas le cas. Que savez-vous des autres ? Bien entendu, quand on « fait ses recherches », c’est à dire quand on tape « aluminium » dans Pubmed, ces études n’apparaissent pas. Et pour éviter tout risque de prise de conscience fortuite, une vidéo vous explique sur un ton sympathique pourquoi vous devez ignorer ces études. Elle vous dit sur quoi elles portent, pas ce qu’elle contiennent.

On constate que les antivax cette fois-ci n’ont pas déplacé les buts suffisamment loin, puisqu’on peut encore marquer depuis les vieilles études.

Mon propos ici n’est pas de prouver quoi que ce soit concernant le lien éventuel entre l’autisme et l’aluminium des vaccins, c’est la raison pour laquelle je ne vais pas multiplier les exemples. Une seule étude suffit pour prouver ce que j’affirme: « Faire ses propres recherches » ne marche pas. Vous avez fait « vos propres recherches », vous avez vu cette étude et vous avez été incapable d’aller au delà de ce que les autres pointent du doigt pour vous. Et si vous pensez que c’était la dernière information qu’il vous manquait et que c’est maintenant que vous êtes un véritable expert, remarquez également que cette dernière information, on vous l’a aussi pointée du doigt. Il y a tellement de choses que vous ne savez pas, et c’est bien normal, il faut des dizaines d’années d’études et d’expérience avant de commencer à maîtriser le sujet, mais la chose la plus importante que vous ne savez pas, c’est l’ampleur des choses que vous ne savez pas.

Le gens qui font « leurs propres recherches » ne peuvent pas le voir parce qu’ils n’ont aucune véritable expertise du sujet, mais il existe donc bien des études qui indiquent qu’il n’y a pas de lien entre l’autisme et l’aluminium des vaccins. Si vous n’arrivez pas à réconcilier ce que disent les experts et ce que vous comprenez des études sur le sujet, n’allez pas en déduire tout de suite que le problème vient des experts. Le consensus scientifique est redoutablement efficace en science. Cela ne veut pas dire que vous avez obligatoirement tort, cela veut juste dire que vous avez probablement tort. Tous les experts vous le diront. Et bien-sûr, parce que ce n’est pas votre métier, il est rationnel de vous en remettre aux experts. Ils savent de quoi ils parlent. Écoutez-les.

FIN.

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. imho tep dit :

    Un article scientiste pro vaccin…

    Les provax aiment être qualifiés de provax. Ils pensent que c’est un trophée, une éloge personnelle qui permettrait de couper court à la conversation. Ils ont tort. Discours irrationnel, propagande malhonnête, représentation biaisée du consensus scientifique, expertise usurpée et incompréhension de la méthode scientifique bayésienne. Tout y est.

    Un article pro-vaccination tourne sur internet. Je ne vais pas l’analyser in extenso, …

    Les provax aiment dire qu’on ne peut pas juger du contenu de leurs affirmations sans avoir vu/lu/entendu la totalité de leur discours. Ils ont tort. Il faudrait lire cet article en totalité pour conclure qu’il est digne de confiance. Pour constater qu’il ne l’est pas, il suffit de s’arrêter lorsqu’on constate qu’il ne l’est pas.

    « il y a bien des études qui indiquent qu’il n’y a pas de lien entre autisme et vaccination. Tous les experts vous le diront. Et bien-sûr, parce que ce n’est pas votre métier, il est rationnel de vous en remettre aux experts. Ils savent de quoi ils parlent. Écoutez-les. »
    Bon déjà, non. L’expert mondial avec le plus gros indice H sur le sujet, c’est le Pr C. Exley, et ça fait des années qu’il alerte sur la neurotoxicité des adjuvants aluminiques.
    Et ensuite, s’il y avait une telle étude, il suffirait de la citer. C’est très facile à faire. Citation SVP.
    Pas de référence biblio ? Une affirmation sans preuve peut être rejetée sans preuve (adage sceptique)

    Aller je m’arrête là, si quelqu’un a le temps et le courage de continuer.

    J'aime

    1. Initiative Rationnelle dit :

      « Discours irrationnel, propagande malhonnête, représentation biaisée du consensus scientifique, expertise usurpée et incompréhension de la méthode scientifique bayésienne. Tout y est. »

      Vous ne plagiez que les plus grands, excellent choix. Malheureusement en raison de votre manque de courage, celui que vous déplorer en dernière ligne, vous vous retrouvez effectivement a vous lancer dans des attaques personnelles. En effet, contrairement à l’article que vous singez, vous avez oublié de développer ensuite ce qui est annoncé en préambule. Pour preuve, on peut constater que vous avez omis, oublié sans doute de plagier une phrase. Une seule. Celle qui justifie les qualificatifs. Celle ou je dis:
      « Ce sont les critères objectifs développés plus bas qui permettent de l’affirmer. »

      Vous faites donc des affirmations infondées. C’est un sophisme.

      « Bon déjà, non. L’expert mondial avec le plus gros indice H sur le sujet, c’est le Pr C. Exley, et ça fait des années qu’il alerte sur la neurotoxicité des adjuvants aluminiques. »

      Cette affirmation est factuellement fausse.

      Si « le sujet » est de savoir s’il existe UN LIEN avec une maladie, alors l’expert recherché sera épidémiologiste, pas professeur de chimie bioinorganique.

      Ensuite, selon Google Scholar le h-index d’Exley est de 57, ce qui est loin, très loin d’être le plus gros indice.

      A titre de comparaison on peut citer par exemple Mads Melbye, qui lui est épidémiologiste, qui a un h-index de 114 et qui a publié des études sur le sujet avec des échantillons de la taille d’un pays.

      Le h-index est le critère d’expertise que VOUS avez choisi. Il montre que Exley n’est pas l’expert mondial que vous affirmez.

      Ceci étant dit, à moins que vous ne produisiez une citation d’Exley ou il déclare qu’il n’existe pas d’étude qui indique qu’il n’y a pas de lien entre autisme et vaccination, vous pourrez ajouter un sophisme à votre actif: Le non sequitur, puisque dans ce cas votre réponse ne répond en réalité pas du tout à la phrase que vous citez.

      « Et ensuite, s’il y avait une telle étude, il suffirait de la citer. C’est très facile à faire. Citation SVP.
      Pas de référence biblio ? »

      C’est la preuve de votre lecture superficielle de l’article, puisque qu’une référence s’y trouve. Un auteur (h-index: 84) est épidémiologiste, l’autre (h-index: 94) est spécialiste des vaccins (plus de 250 publications sur le sujet).

      Ces études existent dans les bases de données scientifiques, mais si vous vous révélez incapable de voir celles qui se trouvent dans la page que vous lisez en ce moment même, ça me parait mal engagé. Et ironique.

      Si vous vous surprenez à avoir le courage de lire un peu, je vous suggère: https://initiativerationnelle.wordpress.com/2016/05/09/vaccins-et-autisme-un-examen-approfondi-des-preuves/

      J'aime

    2. Antoine BEAULIEU dit :

      @imho tep : je ne sais pas si vous êtes un authentique charlatant ou si vous êtes une personne sincère sans aucune faculté de recul sur ses propres croyances… J’ai eu, moi, le courage dont il vous a manqué, et j’ai lu les études Taylor linkées par Initiative Rationnelle. Pas tout de bout en bout, certes, je l’avoue, mais au moins le préambule, la méthodologie et les objectifs, et les tableaux, longs, détaillant toutes les études regroupées dans cette méta-étude. Il-y-en a un paquet, ça prend du temps et il faut un peu de courage pour ingurgiter ça, mais c’est très instructif, car on y apprend que ces études regroupées portent sur des millions de personnes au total, monitorées sur des décennies ; qu’elle concernent plusieurs pays (et pas juste deux ou trois hein !) ; et, plus important, qu’elles englobent plein de vaccins différents : ROR, DP/DTP et de multiples autres.
      Je suis au regret de vous le dire mais Initiative Rationnelle a parfaitement raison : le fait que l’objectif affiché de cette méta-étude ne mentionne pas l’aluminium n’a AUCUNE IMPORTANCE puisque l’aluminium est contenu DE FACTO dans de multiples vaccins concernés, et qu’à chaque fois, la conclusion a été : « pas de lien entre vaccination et autisme » ou « aucune augmentation significative constatée de cas d’autisme dans la population vaccinée ».

      Donc vous pensez que si on refait les mêmes études, mais en spécifiant que cette fois on recherche le lien avec l’aluminium on va d’un seul coup trouver une augmentation de cas ?

      Juste parce que l’intitulé de l’étude aura changé ?

      Mais, vous êtes DÉBILE ou quoi ???

      Ces études pléthoriques portant sur des millions de gens et sur des décennies n’ont trouvé AUCUN accroissement de cas d’autisme statistiquement détectable, QUELS QUE SOIENT les vaccins utilisés ! Donc aluminium, mercure, poudre de merlinpinpin, maïs OGM de chez Monsanto ou tout ce que vous pourriez trouver dans ces vaccins, ces études vous répondent par avance qu’aucun lien n’est fait entre vaccination et autisme…

      @INiTIATiVE RATIONNELLE : franchement, je ne sais pas comment vous faites et où vous trouvez le courage de lever tous ces lièvres, de visionner et timecoder toutes ces vidéos, de rechercher et citer tout ce contenu mais sachez que vous êtres d’utilité publique ! Et oui, je clique sur vos liens et je lis pour de vrai les articles liés ! Mais les nuits sont courtes, du coup ;p

      Du courage à vous, ce n’est qu’un combat, continuons le début !

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s