[Intox] Aluminium des vaccins : les doses injectées sont officiellement toxiques

Histoire drôle

Un type rentre dans un bar, il boit une bouteille de rhum, il a la tête qui tourne.
Il change de bar, boit un double whisky, il voit double.
Il change de bar, boit un shot de vodka, il titube.
Il change de bar, et à la première gorgée de bière il s’évanouit.
A son réveil il dit: « C’est marrant, moins je bois, plus je suis saoul »

C’est rigolo, non ? Et vous savez ce qui est encore plus drôle ? Hypatie qui voit la scène et qui fait une vidéo pour expliquer qu’une seule gorgée de bière est suffisante pour provoquer un coma éthylique. Elle en est capable, elle fait des choses du même ordre dans ses élucubrations sur l’aluminium des vaccins. C’est même le cœur de son argumentation pseudo-scientifique.

Mais commençons par le commencement:

Hypatie est une personne intelligente, rationnelle, cultivée, savante. Mais elle est morte depuis plus de 15 siècles, ce qui fait que sa contribution au débat sur les vaccins est assez limitée.

Hypatie est une personne qui fait des vidéos sur Youtube. Mais elle a fait « ses propres recherches« , ce qui fait que sa contribution au débat sur les vaccins est assez limitée. Dans tous les sens du terme.

Elle voudrait nous convaincre que les doses d’aluminium injectées dans les vaccin sont « officiellement » toxiques. Par officiellement, il faut comprendre réellement. Parce que justement, officiellement elle ne le sont pas et tout son propos consiste à présenter ses propres chiffres qui contredisent les chiffres des autorités de santé. Selon elle, ces chiffres officiels c’est tellement n’importe quoi que personne est capable d’avoir les mêmes. Ce qui nous amène à …

Un discours qui commence par un gros mensonge.

Selon Hypatie l’Europe, et plus précisément l’EFSA, considère que l’aluminium cause des effets toxiques observables dès 3.4 mg/kg/j :

3.4, c’est très peu. Et c’est très faux.

Cette affirmation est fausse. Elle était pourtant extrêmement facile à vérifier puisque l’EFSA considère en réalité qu’il n’y a toujours aucun effet observable (NOAEL) à 30 mg/j/kg :

En Hypatistan, le NOAEL est peut-être de 3.4. En Europe il est de 30.
Un message qui aura échappé de peu au spectre hideux de la censure.

Mais là ou c’est rigolo, c’est qu’Hypatie le savait déjà !

En effet, Hypatie n’apprendra pas aujourd’hui que ses allégations sont fausses, puisqu’elle le savait déjà, comme on peut le voir dans cette conversation qu’elle a eu en 2019.

Ce sont donc des affirmations qu’elle sait être fausses, qu’elle ne corrige pas et qu’elle continue à propager.

Je ne voudrais pas que mes propos soient mal interprétés, il est important d’être précis. Donc, pour dire les choses tout à fait clairement:

Hypatie est une menteuse.

Elle a des convictions personnelles, des capacités techniques dignes d’un IUT des Métiers du Multimédia, mais de son propre aveu elle n’a aucune compétence ni légitimité pour remettre en cause le consensus scientifique. Le manque de compétences n’est pas un problème lorsque l’argumentation est rationnelle, par exemple lorsqu’on se contente d’observer qu’il est rationnel de s’en remettre aux experts et au consensus scientifique, mais ce n’est pas ce qu’elle s’applique à faire ici. Ce mensonge lui est en quelque sorte nécessaire pour montrer qu’il y aurait des raisons objectives de remettre en cause l’expertise conjuguée et convergente des scientifiques du monde entier. Elle usurpe donc l’autorité de l’EFSA pour faire croire que les chiffres qu’elle avance sont légitimés par autre chose que sa foi irrationnelle. Ils ne le sont pas. L’Europe, l’EFSA ne les a jamais pris au sérieux. Hypatie prend ses désirs pour la réalité.

Ceci étant posé nous pouvons continuer car sa prose c’est aussi …

Un discours qui commence par deux vilains sophismes.

« Suivant l’organisme sanitaire, nous n’obtenons pas le même niveau de sécurité »

La quantité maximum d’aluminium considérée comme acceptable n’est pas la même partout et ce serait la preuve qu’ils font n’importe quoi dans leurs calculs ?

C’est bien entendu une erreur grossière.

Question: Si vous avez devant vous une personne qui a plus de 25 ans, est-ce qu’elle peut boire de l’alcool ?

Comme on connait l’age légal pour boire de l’alcool, on peut répondre très facilement et la réponse est oui: On a le droit de boire de l’alcool quand on a plus de 25 ans.

Mais alors, si vous avez devant vous une personne qui a moins de 25 ans, est-ce qu’elle peut boire de l’alcool ?

Les informations données ne permettent évidemment pas de répondre à cette question. Pour quelle raison ? Parce qu’on ne sait pas si la personne à 12 ou 22 ans par exemple. Ou pour le dire plus formellement: Parce que le complément de « On a le droit de boire de l’alcool quand on a plus de 25 ans » n’est pas « On a pas le droit de boire de l’alcool quand on a moins de 25 ans ».

De la même façon, quand un organisme dit « Je suis sûr que sous cette limite il n’y a pas de risque », Le complément n’est absolument pas « Au delà, je suis sûr qu’il y a un risque ». C’est « Au delà, je ne suis pas sûr qu’il n’y a pas de risque ».

La réponse n’est pas oui. La réponse n’est pas non. La réponse est « Je ne sais pas ». Présenter les choses de façon binaire comme le fait Hypatie est un fausse dichotomie. C’est un sophisme.

Donc quand j’organise une fête dans mon avion privé entre Paris et New-York et que je veux mettre l’alcool en libre service, je préfère n’inviter que des gens qui ont plus de 25 ans. C’est ma marge de sécurité. Cette marge est totalement arbitraire. Mon copain millionnaire peut lui choisir que dans son avion ce sera 30 ans. Peu importe. L’age à partir duquel on peut commencer à boire de l’alcool est connu et l’age à partir duquel je choisis d’inviter les gens est en accord avec ça. Donc tout va bien.

Tout va bien, jusqu’à ce qu’Hypatie débarque et déclare que je suis « officiellement » dans l’illégalité en servant de l’alcool à des gens qui ont 25 ans parce que dans l’avion d’à coté il faut avoir 30 ans et que c’est quand même la preuve que 25 ans c’est trop jeune pour boire de l’alcool.

C’est en tous cas très exactement ce qu’elle fait quand elle affirme :

« Notons que le ministère de la Santé français et l’Académie de Médecine (et de Pharmacie…) se réfèrent… aux doses de sécurité américains ! Et ça ne gêne personne ? »

Personne de rationnel, non. Son affirmation est fausse, et on y reviendra, mais même si elle était vraie il n’y aurait rien de choquant à dire qu’on se réfère à telle ou telle valeur arbitraire dont on sait qu’elle est de toute façon sous le seuil considéré comme dangereux. Ce seuil là, lui, n’est pas arbitraire, il est estimé par des études. Et là aussi, on y reviendra.

Et sinon, la Suède a décidé que pour rouler sur ses routes il ne faut pas dépasser 70km/h. Je suppose qu’Hypatie ne manque pas de fustiger de la même façon les autorités routières qui sont incapables de se coordonner, et crie à qui veut l’entendre que « le niveau de sécurité » Français à 90km/h nous mets tous en danger puisqu’il en existe un autre plus restrictif.

Qu’un niveau de sécurité diffère suivant tel ou tel organisme n’est absolument pas anormal et seuls une fausse dichotomie et un sophisme de composition permettent à Hypatie d’affirmer le contraire. Ce qui nous amène au point suivant:

Hypatie ne sait pas reconnaître un niveau de sécurité, mais va nous expliquer pourquoi ils ne savent pas le calculer.

Le niveau de sécurité retenu par l’Europe en 2008 était sous son nez depuis le début.

Hypatie a une notion complètement, disons personnelle, du concept de « niveau de sécurité ». Pour elle, ça peut être tout et n’importe quoi. Dans son texte, par niveau de sécurité il faut comprendre MRL (« le fameux niveau de sécurité à ne pas dépasser »), mais il faut aussi comprendre LOAEL (« « premiers effets toxiques observables » […] suivant l’organisme sanitaire, nous n’obtenons pas le même niveau de sécurité »), il faut aussi comprendre NOAEL (« Le niveau de sécurité appliqué dans l’étude de MITKUS »)

Bref, Hypatie n’a pas la moindre idée de ce qu’est un niveau de sécurité. C’est pour cette raison qu’elle se lance dans des calculs complètement, disons créatifs, pour « appliquer un niveau de sécurité », concept qui n’a aucun sens. Le niveau de sécurité, il est sous son nez. Écrit noir sur blanc. C’est, littéralement, la quantité qu’on peut absorber tout au long de la vie sans observer d’effets indésirables: C’est le TWI,Tolerable Weekly Intake (Mais quand Hypatie parle de dose journalière tolérable par semaine, c’est tellement plus mignon).

En l’état des connaissances scientifiques, le TWI est de 2mg/kg.

C’est une valeur qui a été évaluée par le JECFA (Joint FAO/WHO Expert Committee on Food Additives). Autrement dit, c’est la limite en vigueur pour l’OMS et les Nations Unies. En clair: Les niveaux de sécurité pour l’aluminium sont harmonisés à l’échelle mondiale.

Pour cette raison, quand Hypatie affirme « Notons que le ministère de la Santé français et l’Académie de Médecine (et de Pharmacie…) se réfèrent… aux doses de sécurité américains ! Et ça ne gêne personne ? », bien qu’on ne sache pas à quelle « dose de sécurité » mystérieuse elle se réfère, on sait que ce qu’elle affirme est en réalité complètement faux.

La France, par exemple, suit en toute logique les recommandations du JECFA.
L’Europe, par exemple, suit en toute logique les recommandations du JECFA.

Pour montrer qu’il y a dissension dans les organismes sur le niveau de sécurité à appliquer, il faudrait qu’Hypatie produise des chiffres de TWI utilisés qui soient différents, c’est évident, mais surtout postérieurs à 2011 et elle n’est pas en mesure de le faire.

Et donc tout ce qu’elle se borne à faire ici en réalité c’est constater une évolution dans le temps, qu’il est possible d’affiner les décisions avec l’avancée des connaissances sur le sujet, ce qui est contradictoire avec le fait qu’elle déplore que ces chiffres ne changent pas malgré l’avancée des connaissances sur le sujet.

En clair: Hypatie voudrait qu’on change ces chiffres qui ne sont jamais mis à jour, d’ailleurs c’est n’importe quoi regardez, ils viennent encore de changer.

Alors, ces chiffres, ils changent ou ils ne changent pas ? Quand on rajoute un P devant TWI, c’est pour dire « Provisoire », ou c’est pour dire « Péfinitivement fixé pour l’éternité » ? « Les chiffres changent, oui, mais pas dans le bon sens » semble-t-elle dire avec ses « pour une raison inconnue » et autres « allez savoir pourquoi ». Vous pensez que « allez savoir pourquoi » voudrait dire qu’il n’y a pas de raison ? Vous avez tort, parce que dans les rapports qu’Hypatie cite visiblement sans les avoir lu, à chaque changement il y a la raison invoquée quelques lignes en dessous ou au dessus et c’est invariablement: Parce que plus le temps passe et plus les connaissances scientifiques s’affinent.

L’Europe, donc, suit en toute logique les recommandations du JECFA et explique littéralement une phrase avant pourquoi ces valeurs changent.

« Allez savoir pourquoi » … Un appel paradoxal à l’ignorance.

Les États-Unis, eux, ont défini leur propre niveau de sécurité: Un MRL de 1mg/kg par jour. C’est la quantité d’aluminium qu’on peut absorber sans risque sur une longue période, ce qui fait 3.5 fois plus que ce que préconisent l’OMS et les Nations Unies.

On constate qu’il n’y a que deux niveaux de sécurité en place pour l’aluminium: Les Etats-Unis, et le reste du monde. Et la limite pour le reste du monde est inférieure !

On voit là toute l’irrationalité de la démarche d’Hypatie :

Ce serait donc parce qu’en Europe les niveaux de sécurité sont calculés plus justement qu’il faudrait revoir la méthode de calcul des américains qui sert de base pour le calcul des niveaux de sécurité en Europe ? C’est une argumentation circulaire, un sophisme.

En clair: Pour Hypatie , il faut baisser la quantité maximum d’aluminium en Europe parce qu’elle est inférieure à celle des américains.

Notons qu’on ne parle ici que des niveaux de sécurité, c’est à dire des valeurs qui sont le fruit d’une décision, rien n’a encore été dit sur les études sous-jacentes, c’est à dire sur les valeurs qui sont constatées. Ce qui nous amène au point suivant: Les niveaux de sécurité ne diffèrent pas tant que ça, mais …

Les niveaux relevés dans les études diffèrent encore moins.

Les valeurs retenues pour les niveaux de sécurité (MRL, TWI, …) ne sont pas affirmées d’autorité. Elles se basent sur des données factuelles (NOAEL, LOAEL, …).

« Suivant l’organisme sanitaire, nous n’obtenons pas le même niveau de sécurité NOAEL »
  • Aux Etats-Unis, le NOAEL retenu est de 26mg/kg/j.
  • Pour l’Europe, le NOAEL retenu est de 3.4mg/kg/j.
  • En montagne, la marmotte met le chocolat dans le papier d’Alu… 
Le NOAEL retenu par l’Europe était sous son nez depuis le début.

Attendez… Mouais… Il y a un truc qui cloche dans cette liste. Oui, c’est ça, elle ne devrait pas parler de marmotte. Oh, et aussi Hypatie est une menteuse, ce qui fait que les chiffres pour l’Europe sont complètement faux.

Et il semble y avoir une place folle sous le nez d’Hypatie , parce qu’on y trouve aussi le véritable NOAEL retenu par les autorités de santé en Europe.

Voici donc les vrais chiffres:

  • Aux Etats-Unis, le NOAEL retenu est de 26 mg/kg/j. (Golub 2001)
  • Pour le reste du monde, le NOAEL retenu est de 30 mg/kg/j. (Poirier 2011),

Et l’Europe fait bien partie du reste du monde, comme on l’a vu plus haut:

L’Europe, par exemple, suit en toute logique les recommandations du JECFA.

On constate qu’il n’y a que deux NOAEL: Celui des Etats-Unis, et celui du reste du monde, qu’ils sont convergents, et que le NOAEL pour le reste du monde est supérieur !

On voit là toute l’irrationalité de la démarche d’Hypatie :

A grands renforts de calculs, elle entreprend d’ « appliquer le niveau de sécurité NOAEL européen à l’étude de Mitkus ». Mais le NOAEL européen est en réalité supérieur à l’américain, ce qui fait que le MRL nouveau sera en réalité supérieur à l’ancien.

Les mathématiques n’ont pas de secret pour Hypatie qui sait qu’un raisonnement doit rester strictement le même quels que soient les chiffres qui l’alimentent. Les chiffres ont changé, mais le raisonnement reste. Et donc si Hypatie s’y fie, elle doit continuer à le faire maintenant qu’elle connaît les vrais chiffres. Refuser de le faire serait un sophisme. (Deux poids, deux mesures). Il faut donc admettre qu’en réalité le MRL américain devrait être encore plus élevé.

En résumé, voilà le véritable état des lieux des valeurs retenues par les autorités de santé:

  • Etats-Unis: NOAEL 26 mg/kg/j, MRL 1mg/kg par jour
  • Reste du monde: NOAEL 30 mg/kg/j, TWI 2mg/kg par semaine

Et on voit bien que si les deux milliardaires ont choisi de faire la fête avec des marges de sécurité différentes, ces marges restent cependant cohérentes par rapport à des valeurs mesurées indépendamment qui sont extrêmement proches. Donc tout va bien.

Tout va bien, jusqu’à ce qu’Hypatie débarque et déclare:

Mais euh! C’est pas 30, c’est 3.4 !

Souvenons nous: Hypatie voudrait nous convaincre que les niveaux de sécurité actuels ne sont pas dignes de confiance parce que les études sous-jacentes qu’on prend pour base ne seraient pas les bonnes. Et par « les bonnes » il faut comprendre « Celles qui affichent les valeurs les plus basses possibles ».

« Premiers effets » implique qu’on parle de LOAEL alors que les chiffres sont ceux du NOAEL. Mais bon, à ce point de l’article on en est plus là…

Nous savons déjà qu’Hypatie est une menteuse. Elle voudrait qu’en Europe on utilise un NOAEL de 3.4 plutôt que celui de 30 qui est utilisé par l’EFSA. Puis, petite passe magique, elle affirme que c’est le cas. Alors, ce 3.4, il sort d’ou ?

C’est le cœur de son argumentation: 3.4, c’est Alawdi 2016, et il faudrait refaire tous les calculs en se basant sur Alawdi 2016 parce que les anciens chiffres datent de jadis et nous on est maintenant. Et depuis jadis, on constate des effets qui sont « plus fins », « à des doses bien inférieures ».

Sauf que des effet « plus fins », « à des doses bien inférieures », on a pas attendu maintenant pour les constater. On les voyait déjà jadis. Par exemple: Bilkei-Gorzo. Désorientation, troubles neurologiques, perte de la mémoire. Avec un NOAEL de 6 mg/kg/j. Tout y est. Et c’était jadis. En 1993. Avant que les américains ne choisissent un NOAEL de 26 mg/kg/j en 2001 (En citant l’étude de 1993 et toutes les autres dans leur rapport)

Donc l’argument ne tient pas: Dire qu’il faudrait choisir Alawdi 2016 parce que c’est une étude qui rapporte des effet qui sont nouveaux à des doses qui sont moins élevées est factuellement faux.

Je récapitule:

  • Jadis les Etats-Unis savaient qu’il existe des études qui montrent des NOAEL à 6 et pourtant ils en choisissent une à 24.
  • Maintenant l’Europe sait qu’il existe des études qui montrent des NOAEL à 3.4 et pourtant ils restent sur celle à 30.

La seule raison qui a gouverné Hypatie pour choisir Alawdi 2016 semble donc bien être « Parce que 3.4 c’est moins que 30 ». Choisir la valeur la plus basse, cela n’a pas l’air d’être une mauvaise raison, du reste. Alors pourquoi l’ensemble des autorités sanitaires du monde a choisi de ne pas le faire ? Ils sont tous idiots, ou ils sont tous corrompus ? Pourquoi n’ont-ils pas choisi la valeur la plus basse ? Allez savoir ! (Comprenez: C’est écrit en toutes lettres, mais Hypatie ne vous en dira rien parce que cela sert mieux sa narration que vous pensiez qu’il n’y a pas de raison objective). Dépêchez-vous d’imaginer le scénario conspirationniste qui s’adaptera le mieux à vos idées préconçues pendant encore quelques lignes, la réponse se trouve plus bas.

C’est vrai que 3.4, c’est tellement moins que 30. Il faudrait donc tout recalculer sur cette nouvelle base ?
Non.
Pourquoi ?
Parce qu’Hypatie nous fait le coup de « moins je bois et plus je suis saoul ».

Souvenez-vous de l’histoire du début.

Flashback…

Un chercheur qui voudrait faire une étude sur les doses d’alcool écrirait quelque chose comme: « J’ai suivi cette personne et la dose constatée pour obtenir un coma éthylique est une bouteille de rhum + un double whisky + un shot de … « 

Mais pour un chercheur qui voudrait juste connaître les effets, on n’aurait pas besoin de faire tout ça. Lui, il écrirait simplement: « Je suis entré dans ce bar et j’ai constaté un coma éthylique après une gorgée de bière ». Et dans ce cas même si la personne observée était déjà complètement ivre en arrivant, ces observations restent valides concernant les effets. Juste on ne peut pas les utiliser pour les doses.

En fait, on voit tout de suite que ce serait incroyablement stupide de faire un raisonnement sur une quantité d’alcool en se basant sur des études qui ne prennent pas en compte la totalité de l’alcool consommé. Ce raisonnement rationnel, toute personne rationnelle est en mesure de le comprendre. Alors pourquoi l’ensembles des autorités sanitaires du monde a choisi de ne pas retenir l’étude qui dit 3.4 ? Ils sont tous idiots, ils sont tous corrompus, ou ils ont tous compris ce que toute personne rationnelle est en mesure de comprendre mais qui est passé sous le long nez d’Hypatie et al. quand ils ont préféré faire « leur propres recherches » ? Allons savoir !

S’il faut expliquer la blague, alors c’est pas drôle

L’explication est en réalité très simple, et si vous ne la connaissez pas c’est parce qu’on a pris bien soin de vous laisser dans l’ignorance.

En raison de la probabilité d’une exposition significative a l’aluminium présent dans l’alimentation, les études avec des informations insuffisantes sur la teneur en aluminium du régime alimentaire de base doivent être supposées sous-estimer l’apport réel d’aluminium. Et l’ampleur de la sous-estimation peut être considérable, les concentrations en aluminium sont à peu près équivalentes à des doses quotidiennes de 25 mg/kg/j pour le rat et 68 mg/kg/j pour la souris ce qui représente une part importante de la dose létale pour ces espèces. Par conséquent, bien que les études avec des données inadéquates sur les niveaux alimentaires de base d’aluminium fournissent des informations utiles sur les effets de l’aluminium sur la santé, les niveaux sans effet indésirable observé (NOAEL) et les niveaux avec effet indésirable observé (LOAEL) les plus faibles de ces études ne peuvent pas être présumées exactes, ne conviennent pas pour la comparaison avec les niveaux d’effet des études qui ont utilisé des régimes alimentaires contenant des quantités connues d’aluminium et ne conviennent pas à l’examen d’un niveau de risque minimum.

C’est pas très très compliqué à comprendre.

Quant à savoir ou je suis « allé le savoir », je n’ai même pas rédigé cette explication qui est en réalité la traduction d’un extrait du rapport de l’ATSDR, celui qui a servi à évaluer le MRL. C’est donc une explication parfaitement rationnelle connue depuis très très longtemps. Et on peut supposer qu’Hypatie connaît cette explication, puisqu’elle fait partie du processus d’évaluation du MRL qu’elle entend nous expliquer. Et elle a beau dater de 2001, une analyse rationnelle ne se périme pas avec le temps. Elle permet de continuer à trier les études de maintenant comme celles de jadis. Elle permet de constater qu’Alawdi 2016 est à classer dans la catégorie des études avec un groupe qui est, dès le départ, complètement bourré. D’aluminium.

Ce serait incroyablement stupide de faire un raisonnement sur une quantité d’alcool en observant des gens qui sont arrivés déjà ivres, non ? Et bien pour l’aluminium c’est pareil.

On note que Alawdi 2016 mentionne le mot « NOAEL » exactement zéro fois. Dans cette étude il n’a jamais été question de calculer une telle valeur. C’est Hypatie qui est incroyablement stupide de faire ce raisonnement, pas les chercheurs qui ont publié cette étude sur un tout autre sujet.

Pour être tout à fait clair:

  • Quand on regarde les études qui mesurent la totalité de l’aluminium, on trouve des NOAEL à 26 (Golub 2001), ou 30 (Poirier 2011).
  • Et quand on regarde les études qui ne mesurent pas le régime alimentaire, on trouve des NOAEL à 3.4 (Alawdi 2016), ou 6 (Bilkei-Gorzo 1993) alors qu’on sait que l’apport du régime alimentaire est de l’ordre de 25 (Colomina 1998, Domingo 1993, Oteiza 1993).

Tous ces résultats sont donc extrêmement convergents. Il n’y a en réalité aucune donnée récente et fondamentalement différente des précédentes qu’il faudrait prendre en compte et qui voudrait qu’on recalcule tout.

Et tout ce qu’il aura fallu pour vous convaincre du contraire, c’est un gros mensonge, un discours irrationnel et confus, et des informations essentielles qu’on vous cache.

Mais ça, Hypatie ne l’avouera jamais. Pourquoi ? Allez savoir (*)

(*) Hypatie est une menteuse

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Initiative Rationnelle dit :

    Il parait que je ne peux pas écrire « L’Europe, par exemple, suit en toute logique les recommandations du JECFA » en citant le Comité Scientifique de la Commission Européenne (le Scheer). C’est ce que (semble) me dire Hypatie dans sa non-réponse.

    Pour elle, l’Europe ce n’est pas le Scheer. L’Europe c’est l’EFSA.

    Bon, ça n’a absolument rien à voir avec son mensonge qu’elle a en revanche complètement ignoré mais si, comme Hypatie, vous estimez que le Comité Scientifique de la Commission Européenne ce n’est pas l’Europe, merci de remplacer mentalement la phrase en question par celle-ci:

    L’Europe, c’est l’EFSA, et l’EFSA c’est 30 ! https://initiativerationnelle.files.wordpress.com/2020/09/image-12.png

    Je pourrais modifier le texte en conséquence, mais étant donné qu’on constate par la suite que l’Europe, l’EFSA, le Scheer, le JECFA, se tiennent tous par la main autour d’un NOAEL à 30, cette petite rectification en commentaire suffira.

    L’analyse de la non-réponse d’Hypatie se trouve ici: https://initiativerationnelle.wordpress.com/petite-conversation-avec-hypatie

    J'aime

  2. oogwayhero dit :

    Hello ! J’aime bien le travail effectué sur la chaine youtube pour essayer de raisonner toute la troupe « d’aluminé ». Et ici également. N’ayant ni les connaissances dans le domaine, ni le temps d’étudier tout ça, j’ai été pris de doute au sujet d’un des liens qu’elle propose. Il s’agit de la brochure à destination des médecins. Pas de signataire. C’est un honorable « Docteur en médecine » qui a rédigé et qui, à la fin de son document, met un lien vers la vidéo d’Hypathie. Bizarre ? Etrange ? Bref, avec votre rudesse dans l’enquête, je pressens que le mystérieux Docteur pourrait bien révéler une belle surprise 😉

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s