Stratégies d’évitement, un exemple concret

Faire une erreur est tout à fait anodin, cela fait parti de la méthode scientifique. Corriger ses erreurs, revoir ses hypothèses et reprendre sur de nouvelles bases est ce que fait chaque scientifique tout au long de sa carrière.

En pseudo-science, faire une erreur est tout à fait dramatique. La réfutation est impossible, aucun argument ne peut contredire la théorie qui est considérée a priori comme correcte. Voilà pourquoi, quand la réalité se fait un peu trop pressante, il arrive que l’on constate de très acrobatique séances d’évitement.

Vous voulez montrer à votre contradicteur qu’il se tient les deux pieds fermement plantés dans l’idéologie pseudo-scientifique ? Demandez lui simplement ce qu’il lui faudrait comme preuve pour qu’il change d’avis. Si la réponse est rien, alors aucun élément rationnel ne pourra venir se mettre entre lui et sa foi.

Bernard Guennebaud se présente comme mathématicien. Il a de nombreuses théories à propos de nombreux sujets, qui tournent tous autour des vaccins.

Au détour d’un commentaire, Bernard, pour appuyer ses dires, cite une étude qui le contredit complètement. Son erreur lui est donc notifiée.

Si Bernard a à cœur de suivre la méthode scientifique, alors il défendra rationnellement ses arguments, en montrant pourquoi l’erreur pointée n’en est pas vraiment une, ou il intégrera l’erreur, et reprendra toutes les informations mises à jour qu’il détient pour formuler de nouvelles hypothèses.

Si Bernard a une idéologie à défendre, il va tout faire pour trouver les observations qui a posteriori viendront confirmer l’hypothèse qu’il veut imposer, quitte à forcer un peu quand les pièces du puzzle ne s’emboîtent pas bien.

Voyons ce qu’il choisira quand on lui signale une erreur manifeste dans son discours :

  1. Bernard:
    • Voici ma théorie, et l’étude sur laquelle elle s’appuie.
  2. Initiative Rationnelle:
    • Il y a 3 raisons qui discréditent l’étude en tant que preuve.
  3. Bernard:
    • 54 lignes hors sujet.
      • Appel à l’ignorance
      • Arguments d’autorité
      • Anecdotes, citations, rapports
    • 6 lignes seulement qui concernent l’étude. Rien sur les 3 raisons qui discréditent l’étude (hors sujet, donc).
  4. Initiative Rationnelle:
    • Il y a 3 raisons qui discréditent l’étude en tant que preuve.
  5. Bernard:
    • 0 lignes sur l’étude.
    • 78 lignes hors sujet.
      • Attaques ad hominem
      • Arguments d’autorité
      • Anecdotes, citations, rapports

      vous ne connaissiez pas du tout les problématiques de la vaccination antivariolique

      Si vous connaissiez un tant soit peu la question

      j’ai l’impression que vous découvrez à peine le problème

      problème dont vous ignorez tout

      vous êtes jeune sans doute

      j’ai étudié des centaines de pages de documents sur la variole depuis 40 ans

      alors vous ergotez sur des détails, vous vous enfermez dans du formalisme étriqué

      Un conseil : ne vous avancez pas trop sur un sujet que vous ne connaissez pas. On ne peut pas tout appréhender uniquement par des manipulations formelles.

  6. Initiative rationnelle:
  7. Bernard:
    • 0 lignes sur l’étude.
    • 102 lignes hors sujet.
      • Dénonce une obstruction systématique
      • Anecdotes, citations, rapports
  8. Initiative Rationnelle:
    • Il y a 3 raisons qui discréditent l’étude en tant que preuve.
  9. Bernard:
    • 0 lignes sur l’étude.
    • 82 lignes hors sujet.
      • Attaques ad hominem
      • Anecdotes, citations, rapports
  10. Initiative Rationnelle:
  11. Bernard:
    • 65 lignes hors sujet.
      • Anecdotes, citations, rapports
    • 6 lignes sur l’étude. Pour la première fois, l’argument porte sur l’une des 3 raisons. L’argument est invalide.
  12. Initiative Rationnelle:
  13. Bernard:
    • 81 lignes hors sujet.
      • Anecdotes, citations, rapports
    • 0 lignes sur l’étude.
  14. Initiative Rationnelle:

    Bonjour Bernard, je vous ai soumis plusieurs arguments qui discréditent votre utilisation abusive (en contradiction avec l’esprit et les conclusions) d’une étude (Earl 2008) que vous aimez citer. Votre dernier message étant à 100% hors sujet, puisqu’il ne mentionne absolument pas cette étude, il est maintenant plus qu’évident que vous êtes dans une stratégie d’évitement et de confusion. Nier une argumentation rationnelle, et tromper sciemment ses lecteurs vous classe définitivement dans le camp de l’idéologie pseudo-scientifique.

    Avez-vous un dernier commentaire à faire avant publication de la synthèse ?

  15. Bernard:
    La mention d’une éventuelle publication semble avoir provoqué une réaction:
    95 lignes, presque totalement consacrées à l’étude !
    Néanmoins, aucune mention des 3 points qui discréditent son utilisation de l’étude. C’est un peu comme si son prof de math lui rendait sa copie raturée et que Bernard passait son temps à montrer au prof tous les endroits ou il pense qu’il ne s’est pas trompé, ce qui est hors sujet si l’on veut réfuter un argument.

La stratégie d’évitement et de confusion semble bien rodée, Bernard la perfectionne depuis des années. L’idée principale étant de feindre de ne pas voir que la discussion porte sur un argument spécifique, pour déplacer l’échange sur l’ensemble de l’argumentation. Cela permet de pousser une avalanche d’arguments hors sujet, qui dans un effet de masse donnent l’illusion d’un discours cohérent.

Résultat des courses:

  • 569 lignes de texte
  • dont 6 lignes de réponse argumentée
  • dont 1 argument fourni
  • dont 0 argument valide

98,9% de ce que dit Bernard est employé à ne pas répondre.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s