Causalité-corrélation bullshit

Il y a une affirmation fausse que je lis assez souvent, c’est que depuis 1975, ou depuis 1990, ou depuis les années 2000, la prévalence de l’autisme qui était de 1 sur 5000, ou 1 sur 1000 est subitement passée à 1 sur 68, ou 1 sur 60, ou 1 sur 59, et c’est sûrement à cause des vaccins, et c’est sûrement à cause des vaccins, et c’est sûrement à cause des vaccins.

En fonction de l’interlocuteur les dates peuvent varier, les chiffres aussi, mais le coupable rarement: C’est les vaccins.

Un exemple parmi d’autres …
Oui-Oui-Mais nous parle d’une étude de plus qui ne trouve aucune corrélation entre le vaccin ROR et l’autisme et nous étale toute son ignorance de la méthode scientifique dans un magnifique: Oui oui, mais … « Ce type d’étude ne teste pas la causalité »

Ceux qui affirment cela se trompent. En réalité c’est forcément à cause d’une autre raison. Si cette hypothèse était vraie, on l’aurait détecté depuis bien longtemps. C’est pour cette raison qu’il n’y a plus le moindre doute à ce sujet parmi la communauté scientifique. Ceux qui s’accrochent encore à cette hypothèse irrationnelle, qui sont donc antivax par définition, sont des gens qui vous disent sans rire que 98% de tous les autismes du monde seraient causés par les vaccins, mais qu’on serait toujours incapable de le constater dans les études. Pour appuyer leurs dires, ils ajoutent en général quelques mots qu’ils ne comprennent pas, comme « étude observationnelle » ou « causalité ».

Correlation

Contrairement aux études expérimentales, dans une étude observationnelle, on n’intervient pas sur les conditions de l’expérience. Cela veut dire qu’on a beau constater qu’il se passe quelque chose, c’est parfois difficile d’attribuer avec certitude la cause qui aura produit cet effet. Il y a peut-être une autre cause que l’on a pas envisagé. Par exemple, si je constate que j’ai mal au ventre à chaque fois que je mange de la poule-au-pot, je fais une corrélation: « A chaque fois que j’en mange, j’ai mal au ventre ». Cependant, d’un point de vue strictement scientifique, je ne peux pas dire « C’est parce que j’en mange que j’ai mal au ventre ». L’expression consacrée est « corrélation ne veut pas forcément dire causalité« . En effet,j’ai beau le constater à chaque fois, rien ne dit que c’est la seule chose qui se produit à chaque fois. Par exemple, disons que ma belle-mère est la seule à le préparer et donc que c’est un plat que je mange systématiquement et uniquement lorsque je lui rend visite. Alors, il est tout à fait possible que ce soit autre chose qui me rende malade à chaque visite. C’est pour cette raison qu’il ne sert généralement à rien de chercher à confirmer une corrélation. En science, le plus souvent, on cherche au contraire à réfuter les hypothèses. Et la plupart du temps, c’est là que les gens se trompent: Quand on observe la proposition inverse. Par exemple, si je constate que j’ai malgré tout été malade à ma dernière visite alors que je me suis abstenu de manger le plat, j’aurai réfuté cette hypothèse en une seule expérience. Juste une. Alors que toutes les confirmations du monde, toutes les fois ou j’aurai été malade ne m’apprendront jamais rien de plus. Là, je suis fixé, parce qu’il n’y a plus de corrélation. Et s’il n’y a plus de corrélation, forcément, il n’y a pas de causalité. Ce n’est pas cette cause qui produit cet effet, on en est sûr. L’hypothèse est réfutée.

En clair: Même si je ne fais qu’observer et rechercher des corrélations, même si une étude est par construction incapable de dire s’il y a causalité, celle-ci peut toujours nous dire quand il n’y a pas de causalité.

Et c’est bien ce qui pose problème aux antivax: Leur incapacité à comprendre qu’absence de corrélation veut forcément dire absence de causalité. Quand un antivax vous dit « corrélation ne veut pas forcément dire causalité » au sujet d’une étude observationnelle, il ne fait que se tirer une balle dans le pied. Tout ce qu’il montre, c’est que lui ne peux pas utiliser une étude de ce type pour montrer que les vaccins causent quelque chose, alors que vous, vous pouvez le faire pour montrer ce que le vaccin ne cause pas. Comme un disque rayé ils disent « regardez, toujours plus de vaccins, toujours plus d’autistes ! », qui est une confirmation d’hypothèse, une affirmation sans intérêt. Pour le constater, il vous suffit de répondre « regardez, quand les vaccins s’arrêtent, il y a malgré tout toujours plus d’autistes !« , qui est au contraire une réfutation de l’hypothèse et là, un seul exemple suffit pour prouver qu’ils ont tort.

Les antivax qui n’y connaissent rien (pléonasme putatif) vous répondront: Ce n’est pas parce qu’on a rien trouvé qu’il n’y a rien à trouver.

À nouveau, ils ont tort.

En réalité, c’est parce qu’on a rien trouvé qu’on sait qu’il n’y a rien à trouver de cet ordre de grandeur. Et c’est ça qui fait toute la différence. Si l’on a rien trouvé, cela ne veut pas forcément dire qu’il n’y a rien à trouver, mais cela veut dire que si un jour on trouve quelque chose, ce sera sur un risque encore plus faible que ce qu’on est en mesure de tester avec les études actuelles. Et les études actuelles sur les vaccins sont déjà très performantes. Et c’est bien pour ça qu’on sait que le mantra des antivax « on est passé de 1 sur 5000 à 1 sur 68 » est soit faux, soit attribuable à une autre cause que les vaccins: Toujours dans la surenchère, les antivax ont voulu nous faire de plus en plus peur au fil des années avec des chiffres de plus en plus alarmistes sur « la vaccination qui donnerait l’autisme » et ils ont si bien réussi qu’ils évoquent à l’heure actuelle un risque comparable à celui de « la cigarette qui donne le cancer du poumon ». Les risques seraient comparables, alors il suffit de comparer pour se rendre compte que les antivax racontent n’importe quoi et recyclent les bonnes vieilles rengaines de l’industrie du tabac:

Si un lien entre vaccination et autisme n’a toujours pas été mis en évidence à l’heure actuelle, c’est qu’il est soit très faible, soit inexistant, mais dans tous les cas sans commune mesure avec le phénomène dénoncé par la propagande antivax qui décrit quelque chose d’énorme, vraiment disproportionné par rapport à ce qui peut se détecter à l’heure actuelle, et de vraiment immanquable compte tenu des études nombreuses et convergentes qui ont déjà été faites.

C’est la raison pour laquelle il n’y a aucune controverse chez les scientifiques: Il n’existe pas de lien entre vaccination et autisme qui serait responsable d’une incroyable augmentation du nombre de cas d’autisme.


La définition de la folie, c’est de refaire toujours la même chose et d’espérer que les antivax finiront par comprendre.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s