Est-ce que les voisins causent l’autisme ? Le docteur Z formalise ses préjugés.

Le docteur Z veut m’empêcher de dire qu’il n’a pas 12 tétons autour du nombril !

Moi je voudrais bien dire que le docteur Z n’a pas 12 tétons autour du nombril, mais je ne peux pas. Je n’ai pas le droit. Ce n’est pas rationnel, il parait. Bienvenue dans le monde merveilleux de la rationalité épistécomique.

Le docteur Z se dit médecin. Il se dit récemment « converti ». Il dit qu’il a pleuré quand il a compris que les vaccins causent l’autisme et il a donc fait toute une série de vidéos pour nous en convaincre. Le docteur Z en réalité n’est qu’un énième antivax qui se met en scène et n’hésite pas à mentir. Sa technique à lui, c’est de dire que ce qu’il dit, c’est rationnel. Original. Aucun antivax n’y avait pensé avant lui. Puisqu’il a tout bien formalisé dans une petite vidéo didactique, voyons comment il s’y prend.

La réponse est en réalité: Les scientifiques.

Si c’est plaussible !

« Rationnel » sur le site Hygiène Mentale

Dans cette vidéo, le docteur Z nous explique ce que c’est qu’être vraiment rationnel. Son modèle, c’est la définition de la rationalité au sens épistémique, telle qu’elle est décrite dans la vidéo du très populaire Hygiène Mentale. Le principe est simple et peut se résumer en une phrase:

Si j’ai des preuves, j’y crois, sinon j’y crois pas.

Par exemple: Si j’ai la preuve que les vaccins causent l’autisme, j’y crois, sinon j’y crois pas.

Le docteur Z part donc de cette définition, et s’empresse de ne pas s’en servir. Il va bricoler la sienne.

En science, au sens strict, tout est possible. Ou plutôt, rien n’est impossible. Si je montre que les vaccins ne causent pas un seul cas d’autisme dans une population de 1 000 personnes, rien ne prouve qu’il ne cause pas d’autisme dans une population de 10 000 personnes. Si je le prouve pour 10 000 personnes, je ne saurai rien pour 100 000 personnes, etc. Quel que soit le résultat de quelque étude que ce soit, le fait est qu’un lien entre l’aluminium des vaccins et l’autisme sera toujours, au sens strict, possible. En revanche, chaque étude nous montre que c’est une hypothèse de moins en moins plausible.

Dans la définition épistémique de la rationalité, ce qu’on évalue c’est la plausibilité: Plus c’est plausible, plus j’y crois.

  • Est-ce que c’est possible que les vaccins causent l’autisme ? Oui. Toujours.
  • Est-ce que c’est plausible que les vaccins causent l’autisme ? Il faut évaluer les preuves pour le savoir. C’est la méthode rationnelle.
Et c’est, littéralement, le modèle de rationalité du docteur Z

Notons que pour Hygiène Mentale, qui n’est pas particulièrement réputé pour être prescripteur sur un sujet rationnel qu’il ne maîtriserait pas, qui est littéralement le modèle de rationalité choisi par le docteur Z, un lien entre vaccin et autisme est peu plausible. Il ne remet pas en cause l’utilisation des vaccins tels qu’ils sont, bien au contraire.

Pour résoudre cette contradiction, le docteur Z va maintenant nous expliquer ce qu’Hygiène Mentale n’a pas bien compris dans les explications d’Hygiène Mentale.

Le petit chien est mort

Le docteur Z théorise:

Mon enfant me dit: « Je suis sûr que les voisins du fond n’ont pas de chien« . Donc il croit en l’inexistence du chien des voisins du fond du jardin. Est-ce rationnel ?
Je vais lui demander: « Quelles sont tes preuves qui te font croire ça ?« . Si mon enfant me répond: « Je ne sais pas, je n’ai pas de preuve », qu’en pensez vous ?
Et bien je vais lui expliquer que sa croyance n’est pas rationnelle. Si on veut être rationnel, tant qu’on a pas de preuve, on reste non croyant. Peut-être que les voisins du fond ont un chien, peut-être qu’il n’ont pas de chien, je n’affirme rien pour le moment car je n’ai aucun argument ni dans un sens, ni dans l’autre. Je ne me permet pas d’affirmer que mes voisins n’ont pas de chien.

On ne peut pas affirmer sans argument l’inexistence de quelque chose. Enfin on peut, mais ce n’est pas rationnel.

En clair: Là ou Hygiène Mentale disait « Si j’ai des preuves, j’y crois, sinon j’y crois pas« , le docteur Z réplique par un alambiqué :

« Si j’ai des preuves de l’inexistence, je crois que ça n’existe pas, sinon je n’en sais rien« 

Le docteur Z affirme que l’absence de preuves de l’absence de preuves du chien est la preuve de l’absence de preuves du chien, alors que c’est juste la preuve de l’absence de l’absence de preuves du chien. Vous n’y comprenez rien ? Lui non plus.

On voit bien que les deux raisonnements sont très différents. Sont-ils compatibles ? Sont-ils rationnels ?

Un syllogisme, c’est un raisonnement dans sa plus simple expression. Les premières lignes sont les prémisses, ce sont les conditions initiales. La dernière ligne est la conclusion. L’exemple le plus connu est certainement:

  • Tous les hommes sont mortels
  • Socrate est un homme
  • Donc Socrate est mortel 

Avec le raisonnement d’Hygiène Mentale « Si j’ai des preuves, j’y crois, sinon j’y crois pas« , on a les deux syllogismes suivants:

  • Si j’ai des preuves, j’y crois.
  • J’ai des preuves de l’existence de A.
  • Donc je crois que A existe.
  • Si je n’ai pas de preuves, je n’y crois pas.
  • Je n’ai pas de preuves de l’existence de A.
  • Donc je ne crois pas que A existe.

Quand les prémisses sont vraies, si le raisonnement est rationnel, on peut remplacer A par ce qu’on veut, on sait que la conclusion sera toujours vraie.

✔ J’ai des preuves de l’existence de l’amour, donc je crois que l’amour existe.
✔ J’ai des preuves de l’existence de dieu, donc je crois que dieu existe.
✔ Je n’ai pas de preuves de l’existence des lutins, donc je ne crois pas que les lutins existent.
✔ Je n’ai pas de preuves de l’existence d’un chien chez les voisins, donc je ne crois pas que ce chien existe.

Ce n’est pas optionnel, ce n’est sujet à discussion, c’est un impératif logique: ça marche toujours. S’il est impossible de trouver un exemple qui ne fonctionne pas, c’est parce que le raisonnement est rationnel. Donc la meilleure façon de tester un raisonnement cohérent est de voir si la structure de l’argument fonctionne toujours pour d’autres situations. La mise en place de situations analogues est extrêmement utile car elle élimine les biais entourant le sujet réel débattu. C’est une bonne idée, parce que lorsque vous faites cela, si vous pouvez trouver ne serait-ce qu’une situation dans laquelle la structure aboutit à une conclusion incorrecte, alors vous venez de montrer qu’un raisonnement incohérent est utilisé et que la structure logique doit être défectueuse. Un argument avec une bonne structure et de vraies prémisses produira toujours la conclusion correcte.

C’est ce qui nous permet de constater que la structure logique du docteur Z est défectueuse et ne correspond donc pas à la définition qu’il prend pour modèle. Regardons son raisonnement « Si j’ai des preuves de l’inexistence, je crois que ça n’existe pas, sinon je n’en sais rien« . On a les deux syllogismes suivants:

  • Si j’ai des preuves de l’inexistence, je crois que ça n’existe pas.
  • J’ai des preuves que A n’existe pas.
  • Donc je crois que A n’existe pas.
  • Si je n’ai pas de preuves de l’inexistence, je ne sais pas si ça existe.
  • Je n’ai pas de preuves que A n’existe pas.
  • Donc je ne sais pas si A existe.

Quand le docteur Z affirme « Je n’ai aucun argument ni dans un sens, ni dans l’autre. Je ne me permet pas d’affirmer que mes voisins n’ont pas de chien », c’est le syllogisme de droite qu’il utilise. La différence avec l’exemple précédent, c’est que cette fois on trouve quantité d’exemples de conclusions qui sont fausses avec le syllogisme de droite:

✗ Je n’ai pas de preuves de l’inexistence des licornes, donc je ne sais pas si les licornes existent.
✗ Je n’ai pas de preuves de l’inexistence d’un monstre en spaghetti volant, donc je ne sais pas si le FSM existe.
✗ Je n’ai pas de preuves de l’inexistence d’une théière en orbite autour de mars, donc je ne sais pas si cette théière existe.

Quand les prémisses sont vraies, si le raisonnement est rationnel, on peut remplacer A par ce qu’on veut, on sait que la conclusion sera toujours vraie. Ici, on constate que ce n’est pas le cas. Par exemple on sait parfaitement qu’il n’y a aucune théière en orbite autour de mars. On en déduit donc que ce raisonnement, qui affirme qu’on en sait rien, n’est pas rationnel.

Le raisonnement « Si j’ai des preuves de l’inexistence, je crois que ça n’existe pas, sinon je n’en sais rien » n’est pas rationnel. C’est très important, et c’est bien ce que n’a pas compris le docteur Z:

Mon enfant me dit: « Je suis sûr que les voisins du fond n’ont pas de licorne« . Donc il croit en l’inexistence de la licorne des voisins du fond du jardin. Est-ce rationnel ?
Je vais lui demander: « Quelles sont tes preuves qui te font croire ça ?« . Si mon enfant me répond: « Je ne sais pas, je n’ai pas de preuve », qu’en pensez vous ?
Et bien je vais lui expliquer que sa croyance n’est pas rationnelle. Si on veut être rationnel, tant qu’on a pas de preuve, on reste non croyant. Peut-être que les voisins du fond ont une licorne, peut-être qu’il n’ont pas de licorne, je n’affirme rien pour le moment car je n’ai aucun argument ni dans un sens, ni dans l’autre. Je ne me permet pas d’affirmer que mes voisins n’ont pas de licorne.

On ne peut pas affirmer sans argument l’inexistence de quelque chose. Enfin on peut, mais ce n’est pas rationnel.

On se rend immédiatement compte que la phrase « Je ne me permet pas d’affirmer que mes voisins n’ont pas de licorne » est irrationnelle. Il est évident que les voisins n’ont pas de licorne et on peut l’affirmer sans problème. Pourtant, est-ce que c’est possible qu’il y ait une licorne ? Oui. La réponse est toujours oui. (Le voisin est peut-être un généticien qui a réussi à faire pousser une corne sur la tête d’un cheval, par exemple). Le domaine de ce qui est possible est non réfutable. Nous voyons bien la différence entre la définition épistémique de la rationalité et celle du docteur Z: On l’a vu tout à l’heure, ce qui est rationnel se rapporte à ce qui est plausible. Dans ses petites histoires le docteur Z se base sur ce qui est possible. Et comme tout est possible, la définition du docteur Z ne sert à rien.

Au sens épistémique, la définition de la rationalité du docteur Z est irrationnelle.

CorteX_charge_de_la_preuve

Quand on abandonne toute notion de plausibilité, on théorise en réalité le sophisme par ignorance: Tout, littéralement, devient alors possible, surtout avec les phrases du style « Les vaccins causent l’autisme » qui ne se rapportent pas à un objet, comme un chien, mais qui sont une relation de cause à effet, comme par exemple « Mon voisin kidnappe des enfants dans la région », ou « les tremblements de terre sont une punition divine de l’homosexualité ». Le docteur Z ne se permettra jamais d’affirmer que c’est faux, parce qu’il n’a aucune preuve. Il est possible que l’étranger qui a emménagé à coté kidnappe des enfants sur son temps libre. Comment osez vous dire que mon voisin n’est pas un prédateur sexuel ? Quelles sont vos preuves ? Prouvez moi que j’ai tort ! C’est un classique du dictionnaire des sophismes. Possible et plausible sont deux choses différentes. L’enfant du docteur Z va grandir avec de sérieuses lacunes en raisonnement, et une obsession malsaine pour ce qu’il se passe chez ses voisins.

Schéma faute

Le problème pour le docteur Z, c’est que comme son raisonnement est en contradiction avec la définition épistémique de la rationalité, ses exemples ne peuvent se placer nulle part sur le schéma explicatif qui va avec. Du coup, comme il le dit lui même, « on a besoin de compléter notre schéma ». Comprenez: On va faire un schéma erroné qui s’accordera avec le raisonnement erroné:

Schéma « Rationnel » sur Hygiène Mentale
Schéma « complété » par le docteur Z

On le voit bien sur le schéma original: Si l’on a pas de preuve, il est rationnel de ne pas y croire. Par exemple, s’il n’y a pas de preuve que les vaccins causent l’autisme, il est rationnel de ne pas y croire. C’est une position intenable pour le docteur Z puisque son raisonnement, justement, est un sophisme d’ignorance masqué. Il va donc toucher le fond et creuser sous le graphique pour qu’il soit possible d’avoir « moins que pas de preuves ». Il transforme « j’y crois, j’y crois pas » en « non, sans opinion, oui ». Et là, conformément au sophisme d’ignorance, si l’on a pas de preuve, on ne peut pas conclure, parce que ça pourrait bien être l’inverse !

On voit bien que c’est une trahison totale de la définition de la rationalité que le docteur Z prétend suivre.

En conclusion

Le docteur Z affirme:

Demandons nous si nos voisins ont un chien. Si vous entrez dans leur maison, si vous cherchez un chien, que vous cherchez bien, que vous échouez à le détecter, là vous avez une bonne raison de croire en son inexistence.

En réalité le docteur Z est dans la maison de son voisin et cherche un chien. Longtemps. Il regarde partout. Le voisin s’impatiente. Le docteur Z dit: « Mais on a pas regardé dans le vaisselier, sous les tasses ». Il dit: « Pour être sûr qu’il n’y a pas de chien, il faudrait aussi démonter les lames du plancher ». Bref, il s’incruste. Il est irrationnel.

Les vaccins ont généré un nombre de travaux de recherche particulièrement élevé ce qui en fait probablement l’un des champs de la médecine les plus surveillés à l’heure actuelle. La question d’un éventuel lien entre vaccination et autisme ne fait plus débat depuis longtemps: Aucun lien n’a jamais été démontré entre les vaccins et l’autisme. Pendant combien de temps faut-il chercher avant de conclure qu’il n’y a rien à trouver ? Quand arrêter de chercher ? Le docteur Z répond jamais. Il est irrationnel.

Pour ne pas avoir à admettre le caractère irrationnel de ses préjugés, le docteur Z entreprend de modifier la définition de ce qui est rationnel et ce qui ne l’est pas. Cela s’appelle le sophisme du vrai écossais.


Le Docteur Z ne lui dira jamais que ça ne sert à rien…
Le message disparaît systématiquement en quelques minutes.

Mise-à-jour:

Difficile de savoir si Youtube s’est subitement mis à supprimer des messages anodins sans raison particulière, ou si le docteur Z a posé une question avant de décider de cliquer frénétiquement sur « supprimer » pour ne jamais avoir à lire la réponse, toujours est-il que le message suivant, subversif au possible est maintenant systématiquement censuré.

Pas immédiatement… mais quelques minutes plus tard. Ce n’est donc pas un traitement automatique. Même un simple lien vers cette même image est supprimé. Ce n’est donc pas une censure par mots-clés.

Même un simple lien vers cette même image est supprimé.

Pour Youtube, ce message est sans doute trop… trop… trop quoi ?

Pour le docteur Z, ce message est gênant. Bien gênant. Il montre toute la vacuité de son « raisonnement ».

Fin de la mise-à-jour.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Autiste Sceptique dit :

    Il semblerait que Docteur Z réponde sur YouTube avec plusieurs comptes ou qu’il dicte leur réponse à au moins une autre personne qui se nomme « Blue Orion ». Hypatie A semble être une autre personne par contre dès que quelqu’un post une critique, elle arrive presque aussi vite que la notification à Docteur Z, et peut donner des réponses qu’elle n’a pas le niveau pour formulé, donc il est probable qu’il se parlent hors YouTube. Je pense que vous le saviez.

    Sinon avez-vous vu la réponse de Dr Z à « INFO VACCINS France » sous la vidéo conclusion 9/9 https://youtu.be/40XdwLkIf0k citations : Il me semble que la vraie question c’est comment fait-on pour s’adresser aux gens « comme moi il y a deux ans » qui ont une confiance presque totale dans le discours dominant à propos des vaccins ? Je trouve que l’aluminium et l’autisme est un bon moyen d’ouvrir les yeux, en tout cas c’est ce qui a marché pour moi.
    Bref il avoue littéralement qu’il se sert de l’autisme pour attiser les flammes complotistes, non ? Qu’en pensez-vous c’est moi qui voit des complot et de la manipulation ?

    J'aime

    1. Initiative Rationnelle dit :

      Ce n’était pas très difficile de retrouver l’antivax qu’il cherche à gommer. – https://initiativerationnelle.wordpress.com/2020/12/30/exemple-dinference-bayesienne-le-docteur-z-est-vraisemblablement-un-antivax-menteur-et-manipulateur/

      Avant de se racheter une personnalité plus policée, il était très prolifique sous son nom-de-troll. On a donc de bien beaux exemples de conspiration décontractée et autres appels à l’action avec registre violent. Par exemple, il y a quelques mois il disait: « Ensuite bien sûr il faudra agir, l’information seule ne suffit pas à renverser les rapports de forces dans notre système de gouvernement actuel. La notion de légitime défense est centrale dans ce combat », ou « Faites attention à ne pas trop exposer votre identité, vous seriez la cible des industriels. Il est dangereux d’être lanceur d’alerte. »

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s