[Intox] Les vaccins combinés pour enfants ne sont pas sûrs

 Biais et erreurs: Double standard, Sources maltraitées.

Un rapport du CDC ne parle pas de vaccins,
c’est bien la preuve que les vaccins sont dangereux.

L’Organisation Initiative Citoyenne s’insurge: Les vaccins combinés pour enfants ne sont pas sûrs

 

L’OIC nous présente ici un article qui a déjà été longuement critiqué par ailleurs. Je vous enjoins à lire ce texte si vous souhaitez en savoir plus sur la fiabilité des VAERS, qui rendent responsable les vaccins d’à peu près n’importe quoi (transformation en Hulk ou Wonder Woman), pour des raisons parfois bien peu médicales.

 

Voici néanmoins un commentaire supplémentaire concernant un passage précis de cet article, reproduit ci-dessous:

Les vaccins combinés pour enfants ne sont pas sûrs

La sécurité de l’administration simultanée de vaccins

 

Bien que le CDC recommande les vaccins contre la poliomyélite, l’hépatite B, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, le rotavirus, l’haemophilus influenzae de type B, ainsi que les vaccins contre le pneumocoque pour les nourrissons de deux, quatre et six mois, la combinaison de ces huit vaccins au cours d’une seule visite chez le médecin n’a jamais été testée pour sa sécurité au cours d’essais cliniques. (USA).Ceci est en contradiction avec un rapport du CDC qui a révélé que les expositions mixtes à des substances chimiques et autres facteurs de stress, y compris les produits pharmaceutiques prescrits, peuvent produire « une augmentation imprévue d’effets néfastes sur la santé ». Ce rapport du CDC a également noté que « l’exposition à des facteurs de stress mixtes peuvent avoir des conséquences sur la santé qui sont cumulatives, synergiques, antagonistes ou peuvent potentialiser la réponse attendue de l’exposition à un produit. » [12] Ainsi, le CDC est bien conscient que le mélange de plusieurs produits pharmaceutiques augmente la probabilité de toxicité synergique et d’ effets indésirables inattendus.

Néanmoins, le CDC exhorte le personnel médical à administrer plusieurs vaccins simultanément aux nourrissons, sans preuves scientifiques pour confirmer l’innocuité de cette pratique.

Passons rapidement sur la photo sobrement intitulée « enfant_qui_hurle_vactruth », appel aux émotions classique qui n’est pas dans l’article original que l’OIC a choisi de modifier, pour nous intéresser à ce que dit le texte. L’accusation est sans ambages:

  • Le CDC recommande l’administration de plusieurs vaccins
  • La combinaison de ces vaccins n’a jamais été testée
  • Le CDC a publié un rapport qui dit que les expositions mixtes peuvent être néfastes
  • Conclusion: Le CDC est coupable de promouvoir des vaccins qu’il sait ne pas être sûrs.

 

La combinaison qui protège

Pour l’OIC, la combinaison de 8 vaccins (poliomyélite, hépatite B, diphtérie, tétanos, coqueluche, rotavirus, haemophilus influenzae de type B, pneumocoque) n’a jamais été testée et ce serait un problème de santé publique.

Le problème peut être posé de façon culinaire: Des test ont été effectués sur sel, poivre, ail, moutarde, puis  sel+poivre, sel+moutarde, sel+poivre+ail et les risques sont connus. Ils sont cependant acceptables compte tenu des bénéfices observés.

Arrive une personne qui dit « Arrêtez tout ! On a jamais testé sel+poivre+ail+moutarde ! »

Sel, poivre, ail, moutarde

Chaque médicament est testé individuellement avant sa mise sur le marché et certains effets secondaires sont relevés. Le bénéfice apporté par le vaccin dépasse, de loin, ces effets secondaires et il est donc rationnel de promouvoir la vaccination.

Sel+poivre

Chaque médicament est testé individuellement avant sa mise sur le marché, mais les vaccins combinés, protégeant contre plusieurs pathologies, sont considérés comme un médicament unique. Ils sont dont testés comme un médicament unique. Par exemple, les vaccins hexavalents, qui protègent contre six pathologies, sont testés au même titre que n’importe quel médicament.

Sel+poivre+ail+moutarde

Les risques concernant les vaccins combinés sont donc connus et maîtrisés. Mais l’OIC ne nous alerte pas contre les vaccins combinés (contrairement à ce que l’OIC affirme à tort dans le titre de l’article qui est une traduction erronée de l’article original), elle nous alerte contre la combinaison de vaccins.

En clair, le message est : C’est pas parce qu’on maîtrise les risques pour plusieurs vaccins dans une seule piqûre qu’on maîtrise les risques pour plusieurs vaccins dans plusieurs piqûres.

Cette affirmation peut être vue sous deux angles, et aucun ne repose sur des bases scientifiques:

  • Indépendamment du type de vaccin, ce serait le nombre total de vaccins injectés en une seule fois qui n’est pas sûr.

    C’est un argument qui ne repose sur aucune base scientifique, bien au contraire. Compte tenu du nombre d’antigènes que le corps rencontre naturellement tous jours, les antigènes contenus dans chaque vaccins ne représentent qu’une très faible proportion du total. De plus, se concentrer sur le nombre maximal d’injections distinctes est irrationnel. Cela revient à dire: Il a été montré que ce pont est assez solide pour supporter un poids de 2 tonnes, mais rien ne prouve qu’il supportera deux poids d’une tonne.

  • Ce serait l’association d’un nombre indéterminé de vaccins spécifiques qui pourrait provoquer une réaction spécifique indéterminée.

    Pour être tout à fait sûr de l’innocuité d’un médicament, il faudrait donc tester la combinaison de tous les produits ayant un effet sur l’organisme. Il faudrait tester vaccin A + vaccin B, non pas en se basant sur des élément concrets, mais pour la simple raison que ce n’est pas impossible que ce soit dangereux.

    La combinaison sirop contre la toux + aspirine n’a probablement jamais été testée et ne le sera probablement jamais. Pourtant, le mouvement pour l’interdiction de ces médicaments jusqu’à preuve de leur innocuité est relativement discret.

    Il n’y a pas plus de raison de suspecter qu’un vaccin A entraînerait une réaction particulière en conjonction avec un vaccin B, qu’il n’y a de raisons de suspecter qu’une aspirine entraînerait une réaction particulière en conjonction avec un sirop contre la toux.

    Militer pour que l’on teste toutes les combinaisons de vaccins, juste parce qu’un effet secondaire inconnu n’est pas impossible, est un double standard. Pour être rationnel, il faudrait également tester les vaccins avec toutes les combinaisons de médicaments existant. Il faudrait également tester chaque médicament avec toutes les combinaisons de tous les autres médicaments existant.

    • Vaccin A + aspirine
    • Vaccin A + insuline
    • Vaccin A + sirop contre la toux
    • Vaccin A + aspirine + insuline + sirop + …

    Ce qui est exigé ici, est une preuve impossible. Ce niveau de preuve exigé dans le cas des vaccins n’est jamais requis dans aucun autre domaine médical. C’est un double standard.

Aucun rapport avec le rapport

Oui mais bon, il y a quand même un rapport du CDC qui dit que c’est possible. Est-ce vraiment ce qu’il dit ? Comme il est d’usage, remontons à la source et voyons ce que dit réellement ce rapport du CDC :

Il s’agit d’un document intitulé « Mixed Exposures Research Agenda », dont le but est de faciliter l’étude des expositions multiples dans un cadre professionnel. Par exemple, une exposition au bruit et à un solvant au toluène peut entraîner une perte d’audition plus importante que pour une exposition à l’un des deux facteurs uniquement.

For example, exposure to noise and the solvent toluene results in a higher risk of hearing loss than exposure to either stressor alone

On constate immédiatement que si l’on décide que ce rapport peut être utilisé pour justifier un danger éventuel, il faudra être cohérent jusqu’au bout. En particulier, si l’on veut utiliser ce rapport pour exiger qu’on effectue des test d’association « vaccin A + vaccin B », il serait logique d’exiger également des tests d’association « vaccin A + bruit ».

Heureusement, ce rapport ne peut être utilisé pour justifier un danger éventuel concernant de multiples vaccinations:

Identifying Mixed Exposures
Mixtures of concern may be identified by the following three criteria:
  • A large number of workers are exposed to the mixture.
  • The health outcomes of exposure to these mixtures are of a nature or magnitude that cannot be explained with our current knowledge of single exposures.
  • Exposures to these mixtures have health outcomes predicted from known effects of individual exposures that are also known to occur together.

Ce rapport a pour but de mettre en évidence et d’étudier les substances qui produisent un effet cumulé concernant des symptômes pré-existants qui s’en trouvent aggravés. Les vaccinations multiples ne rentrent pas dans ces critères.

Cet article nous dit donc que ce n’est pas parce que des vaccins sont testés individuellement qu’il n’y a pas de danger quand on les cumule, et justifie son point de vue en citant un rapport qui parle de symptômes pré-existants qui peuvent être éventuellement aggravés. C’est une trahison des sources.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Durand dit :

    [HORS SUJET]: case series and review of literature

    https://[LIEN MUET]

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s