[Intox] La plupart des résultats de recherche publiés sont faux

Biais et erreurs: Sources maltraitées, Appel à l’ignorance, Double standard.

Une étude se fait violemment extrapoler.

L’Organisation Initiative Citoyenne nous explique pourquoi la plupart des résultats de recherche publiés sont faux.

Une étude de John P. A. Ioannidis révèle que la plupart des découvertes scientifiques sont fausses. Aussitôt, l’OIC comprend enfin pourquoi les preuves ne sont pas au rendez-vous pour soutenir ses arguments: « La plupart des résultats de recherche publiés sont faux » ! Enfin, de quoi rabattre le caquet de ces « pseudo experts [qui] adorent utiliser la quantité des études […] plutôt que leur qualité méthodologique »

Découverte = résultats positifs

Malheureusement, ce n’est pas du tout ce que que dit cette étude. Elle aurait même plutôt tendance à pointer dans la direction opposée. (Personne n’ira imaginer que l’OIC s’en est tenue à la traduction erronée du titre de l’étude sans en lire le contenu) :

Research findings are defined here as any relationship reaching formal statistical significance […] It can be proven that most claimed research findings are false

L’étude s’intéresse aux découvertes. Ce sont les études qui montrent un résultat statistiquement significatif. L’OIC dit que cette étude s’intéresse à l’ensemble des études existantes, ce qui est faux. C’est comme si l’OIC lisait un article expliquant le principe des numéros verts et s’exclamait: « Ce journal le prouve, tout les numéros de téléphone sont gratuits ».

Le problème principal rapporté concerne les faux positifs et le fait qu’il y a un biais de publication avéré (les revues publient plus souvent les études positives).

Il en ressort que beaucoup d’études primitives sont publiées parce qu’elles produisent des faux positifs, mais qu’elles sont ensuite réfutées quand d’autres études tentent de les répliquer.

C’est donc un problème qui concerne principalement les cas ou il y a peu d’études dans un domaine particulier.

Parce qu’elles sont extrêmement nombreuses, les études sur les potentiels effets néfastes de la vaccination sont de toute façon peu impactées par ce qui est relevé dans cette étude. Mais il y a encore plus intéressant:

Toutes les études qui montrent une absence de lien statistique entre les vaccins et telle ou telle maladie, ne sont pas dans le périmètre de cette étude. Ce ne sont pas des découvertes. L’étude de Ioannidis n’en parle pas.

Par contre, ce que dit l’étude de Ioannidis, c’est que les études qui annoncent en fanfare avoir découvert tel nouveau lien entre vaccination et une maladie X, sont en plein dans le périmètre et doivent être considérées comme douteuses jusqu’à réplication.

La conclusion de cette étude n’est donc pas que « nous sommes sommés de croire des études bidon », mais qu’il est important d’avoir une lecture critique de ces études et qu’il est indispensable d’avoir une approche globale de la littérature scientifique, plutôt que de mettre en avant tel ou tel résultat, comme l’OIC aime le faire si souvent.

Sans oublier :

  • Double standard: L’OIC essaye d’utiliser une étude scientifique pour déduire que les études scientifiques ne sont pas dignes de confiance.
  • Appel à l’ignorance : L’OIC affirme que les « médecines naturelles » ne sont pas étudiées ET ont une puissance insoupçonnée.
Publicités