[Intox] Tous les vaccins sont expérimentaux

Biais et erreurs: Appel à la peur, Définitions glissantes, Sources maltraitées.

 L’OIC nous explique pourquoi nous sommes tous des cobayes qui s’injectent sans le savoir des produits expérimentaux aux effets inconnus.

L’Organisation Initiative Citoyenne s’insurge: TOUS les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

L’OIC nous mets en garde:

« Comme vous allez vous en rendre compte, les exigences réglementaires imposées aux vaccins sont nettement plus laxistes que ne le sont celles imposées aux autres médicaments en général, et même aux cosmétiques…. »

Pour cela, son argumentation se développe en 4 points:

  1. « On ne compare JAMAIS les vaccins à des placebos réels »
  2. « Aucune étude des effets secondaires à long terme »
  3. « les vaccins sont dispensés de la moindre analyse pharmacocinétique »
  4. « les vaccins sont dispensés, de tests destinés à évaluer leurs potentiels cancérogène, mutagène et tératogène »

 

1. « On ne compare JAMAIS les vaccins à des placebos réels »

Cette affirmation péremptoire sur ce qu’est un VRAI placebo est infondée et a déjà été évoquée.

2. « Aucune étude des effets secondaires à long terme »

Cette affirmation est fausse.

Trouver des études qui selon l’OIC n’existent pas se révèle particulièrement aisé.

« The LTFU study was designed to evaluate the effectiveness, immunogenicity, and safety of the qHPV vaccine (Gardasil) for at least 10 years following completion of the base study. »

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26084514

3. « les vaccins sont dispensés de la moindre analyse pharmacocinétique »

Constatation vraie et analyse erronée. Ne pas effectuer une action inutile n’est pas un passe-droit, c’est un choix rationnel.

La pharmacocinétique, aide à déterminer la dose optimale à administrer, ce qui a peu de valeur dans le domaine des vaccins.

L’OIC prends le temps de nous expliquer quel est le VRAI usage de la pharmacocinétique, nous affirme que sa finalité est différente, ce qui est en contradiction avec ce qu’en disent les spécialistes. Il lui appartient de le prouver. D’ici là, cette affirmation reste infondée.

Affirmation infondée ET doutes dépassés

De plus, l’OIC précise:

« Cette doctoresse déclarait en effet en 2002 […] le seul adjuvant [aluminique] autorisé pour la consommation humaine, est le plus empirique. Personne ne sait comment il fonctionne, personne ne connaît sa biodistribution. »

On notera que cette doctoresse émets ses doutes en 2002, et que l’OIC écrit ces lignes en 2013. 11 ans plus tard, les doutes sont très largement moindres et les connaissances indubitablement plus précises.

Par exemple, depuis 2011 l’OIC aurait pu lire:

« We conclude that episodic exposures to vaccines that contain aluminum adjuvant continue to be extremely low risk to infants and that the benefits of using vaccines containing aluminum adjuvant outweigh any theoretical concerns. »

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22001122
(Updated aluminum pharmacokinetics following infant exposures through diet and vaccination)

4. « les vaccins sont dispensés, de tests destinés à évaluer leurs potentiels cancérogène, mutagène et tératogène »

Constatation vraie et analyse erronée (une tendance se dessine).

Le dosage de n’importe quel vaccin est très en dessous du seuil dose-réponse de ces test. Il n’existe aucun test pour des doses aussi infimes. La possibilité même qu’une dose aussi faible de quoi que ce soit puisse provoquer un cancer reste à démontrer.

L’OIC affirme, en contradiction avec ce qu’en disent les spécialistes, que c’est possible, voire plus dangereux concernant les vaccins. Il lui appartient de le prouver. D’ici là, cette affirmation reste infondée.

 

En conclusion:

Les affirmations péremptoire, fausses et infondées constituant la totalité de l’argumentation, il en ressort que l’affirmation initiale est en elle même infondée.

Publicités